Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

brunodesbaumettes.overblog.com

journal d'un détenu au quartier des "Isolés" - Prison des Baumettes à Marseille

Publié par Bruno des Baumettes
Publié dans : #poésie

Qui est Lutz Bassmann alias Antoine Volodine ?

Lutz Bassmann figure parmi les prisonniers fantasmatiques au passé révolutionnaire qui constituent le collectif des narrateurs du post‑exotisme, ce genre littéraire inventé par Volodine et théorisé dans Le Post‑exotisme en dix leçons, leçon onze.

Lutz Bassmann est donc un écrivain imaginaire. Il figure, dans la page qui porte d’ordinaire pour mention « du même auteur »... (Source : Christophe Kantcheff (2008) L'obsession de la fin)

 

La feuille d’appel s’est envolée
trente détenus virevoltent
entre voie ferrée et nuages

 

 

 

Qu'est qu'un 'Haïku' ?

Le haïku (俳句) ou haïkaï est une forme poétique très codifiée, créée par le poète japonnais Masaoka Shiki, à la fin du XIXe. Il s'agit d'un petit poème extrêmement bref visant à dire l'évanescence des choses de ce monde et de l'Etre-au-monde (comme dirait Heiddeger)...

Il peut s'accompagner d'une illustration, la calligraphie (japonnaise) y joue un rôle essentiel...

 

 

En s'exportant, la forme et le style peuvent varier selon les différentes écritures...

 

(Source : Marc André Weikmans (2010) Le Haïku, poème miniature)

 

Haïkus de prison

Sur la grisaille hostile du ciel
les barbelés dessinent 
une touche d’humanité

Par 489 fois trois courtes lignes, à la manière des haïkus japonais constitués de trois vers, les 'Haïkus de prison' de Lutz Bassmann esquissent la vie vue au travers de grilles, de barbelés, de folie de violence ou de résignation.

 

489 histoires courtes qui traduisent les instants d'une longue, une trop longue, attente...

 

En voici quelques-uns

collectés

comme des feuilles de l'automne

 

Le Hongrois s’est coupé l’oreille
les surveillants n’arrivent pas
il ne sait plus quoi faire avec

 

La nuit sans douceur
se glisse par la fenêtre
balafrée de stries verticales 

   

   

Le vétéran parle de l’été
j’ai du mal à me rappeler
de quoi il s’agit

 

A côté les cris se sont tus
enfin le violeur
s’est pendu 

 

 

(Source : Pierre Ménard (2009) Haïkus de prison, Lutz Bassmann)

 

*

 *      *

 

Bruno des Baumettes : Haïkus du matin

 

Aux Baumettes

Rien ne bouge encore
Ma prison est un haiku japonais
Immobile et parfait

 

 

Six heures
Aux Baumettes où rien ne bouge
La Mort seule me caresse la nuque

Immobile et parfaite

  

 

A cette heure

Où rien ne bouge encore
Elle veut bien s'allonger près de moi

Moisissure immobile et parfaite

 

A lire dans : Haïkus du matin - Le journal de Bruno des Baumettes - Chapitre 3

 

*

*    *

 

Lire d'autres poètes :

POEMES PRISONNIERS

 

PARTAGER SUR FACEBOOK

Commenter cet article

À propos

brunodesbaumettes.overblog.com

“bruno13marseille@live.fr”

Rédigé par Bruno des Baumettes

Hébergé par Overblog