Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

brunodesbaumettes.overblog.com

journal d'un détenu au quartier des "Isolés" - Prison des Baumettes à Marseille

Publié par Bruno des Baumettes
Publié dans : #art, #Mexique

 

 'Eruptions cutanées' (2006/2010)

L'art dans l'une des prisons les plus surpeuplées du Mexique

 

Antonio Vega Macotela a passé plus de 500 heures dans la prison de Santa Martha Acatitla, l'une des plus surpeuplées du Mexique afin de travailler avec les détenus.

"La première fois que je suis allé, j'ai eu vraiment peur. Il ya plus de 2 500 hommes dans cette prison.(...) J'avais une boule au ventre chaque fois que j'arrivais devant la porte..."

"J'ai commencé à aller à la prison parce que je travaillais sur l'art qui traite de la notion du temps..."

 

Ci-dessus : "Pour me remercier d'avoir été le témoin des premiers pas de son fils, Superaton a passé trois heures à aligner les mégots de sa cellule. " A. Vega Macotela

 

"Vous pouvez trouver des gens qui sont là pour 20, 30, voire 50 ans. Il y a une prison pour femmes et  une pour les hommes, côte à côte : 1.500 détenues et environ 2500 hommes. Toutes les deux sont surpeuplées. Les prisonniers s'entassent souvent  par 12 ou dans des cellules conçues pour 8..."

"Après avoir gagner l'amitié de certains détenus, je leur ai proposé un accord. J'étais prêt à consacrer une partie de mon temps pour effectuer des tâches à leur place (...) . Eux, en même temps, feraient tout ce que je leur demanderais de faire en tant qu'artiste..."

 

"Aucun de nous ne perdait son temps. Bien au contraire : nous échangerons du temps. Ce qu'ils voulaient, en général, c'est que je prenne leur place, à la lettre : leur place, dans le monde extérieur.

"Alors j'ai été sur les tombes de leur frère pour y dire quelques mots. J'ai demandé à leur père 'pardon'. Je suis allé danser avec leur mère. J'ai rencontré leurs fils et agi comme leur père pour une journée. J'ai lu pour l'un d'entre eux une lettre à haute voix à un parent mourant à l'hôpital.

"Un prisonnier m'a même demandé d'aller dans la chambre de sa petite amie et de la regarder se masturber pour que je puisse lui décrire ensuite la scène, instant par instant..."

 

Ci-dessus : "En échange de ma présence à la fête d'anniversaire de sa mère, Fernando a passé le même temps à écrire l'histoire de chacune des cicatrices de son corps.." A. Vega Macotela
 

"Puisque le corps est notre seule mesure réelle du temps, de façon subjective, en général, ce que je demande en échange c'est qu'ils mesurent le temps à l'aide de leur corps..."

 

"En échange du temps que j'ai passé pour trouver la tombe de sa mère, et de "converser avec elle", pour lui, Victor a dessiné le chemin qu'il faisait, à pied dans sa prison, durant la même période de temps de trois heures." A. Vega Macotela

 

Lire l'article intégral (en anglais)Antonio Vega Macotela : Mexican Raches

 

(Merci à Judith Lesur de l'Association Cadavres Exquis pour ce lien)

 

 

*

*      *

 

VISITER LA PAGE :

 

L'ART CARCERAL VENU D'AILLEURS

 

PARTAGER SUR FACEBOOK

 

Commenter cet article

À propos

brunodesbaumettes.overblog.com

“bruno13marseille@live.fr”

Rédigé par Bruno des Baumettes

Hébergé par Overblog