Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

brunodesbaumettes.overblog.com

journal d'un détenu au quartier des "Isolés" - Prison des Baumettes à Marseille

Publié par Bruno des Baumettes
Publié dans : #témoignage

La prison renvoie à sa propre merde. Au propre comme au figuré. Les anciens Romains - ceux de la Rome antique - faisaient ça en société. Paraît-il, ils chiaient et pissaient en compagnie.

En prison, quand on partage sa cellule à deux ou trois (parfois à plus), il en est de même : un simple muret sépare l'espace d'intimité des autres : là où on mange, là où on dort, là où on "vit". Bonjour les odeurs ! Et, parfois, comme aux Baumettes, il n'y a rien pour vous isoler : pas de cloison, pas de muret...

Sur toutes les Baumettes, dans ses entrailles, dans ses moindres interstices, s'insinuent cette odeur de merde. Une odeur de mort et de merde à la fois, qui se mêle aux cris continuels.

Alors sa merde, comme la merde des autres, devient une question quotidienne, présente, sensible... Oui, vraiment, la prison : quelle merde !

(Laurent Jacqua : Le chiotte carcéral)     

 

 

Schéma d'une cellule-type établi par un détenu

 

Toilettes en prison : les témoignages des détenus

Maître Etienne Noël a ouvert les portes de son cabinet et a permis de lire les questionnaires que les détenus ont remplis pour étayer la plainte contre l’Etat concernant les conditions de détention. La place des toilettes dans les cellules y est centrale...

Lire la suite : Grand-Rouen (20/03/13)

 

 
*
*     *
 
 

Journal de Bruno des Baumettes : Vues d'intérieur

 

"Dès l'entrée trônent les chiottes, pour peu : on marcherait dedans. Dans la cellule – comme dans la plupart des cellules du bâtiment A -, il n'y a aucune cloison d'intimité qui sépare les toilettes du reste. Il n'y a jamais plus d'un mètre entre nous : que l'on pisse ou que l'on pète.


 Cellule des Baumettes : chiotte et lavabo      

 

"Des peaux d'orange séchées adoucissent les mœurs : elle nous servent d'encens et on les conserve dans un petit pot en fer blanc qui fait office de brûle-parfum. Lorsqu'il s'agit de chier, nous allumons l'écorce qui, bien séchée, brûle comme de l'amadou et parfume agréablement la pièce à vivre, camouflant ainsi nos odeurs..." 

A lire dans : Journal de Bruno des Baumettes : Vues d'intérieur (Chap 1)

 
*
*    *
 
Comique direz-vous ? Moi, ça ne me fait pas rire...
 

Plonger dans sa propre merde...

 

*

*    *

*

*    *

 

Isolement en prison : "On ne peut pas en sortir sans sentir la merde"

 

Aux Etats-Unis, des dizaines de milliers de détenus sont placés à l'isolement total pendant 5, 10, 25 ans. Ils ne voient personne, la solitude les rend fous. Enquête sur cette "version propre de l'enfer". Lire la suite : Le Nouvel Obs (03/05/14)

 

Michel Sibra (1982) : Le Cachot tiré du témoignagne éponyme de Denis Langlois (1967)

 

(Post publié le 12/02/14 mis à jour le 06/05/14)

 

PARTAGER SUR FACEBOOK  

 

 

Commenter cet article

À propos

brunodesbaumettes.overblog.com

“bruno13marseille@live.fr”

Rédigé par Bruno des Baumettes

Hébergé par Overblog