Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

brunodesbaumettes.overblog.com

journal d'un détenu au quartier des "Isolés" - Prison des Baumettes à Marseille

Publié par Bruno des Baumettes
Publié dans : #santé, #folie, #droits de l'homme

Gustave Courbet : Le désespéré

 

En France, aujourd'hui, la prison est devenu le premier lieu d'enfermement psychiatrique. D'abord parce qu'on y met les 'fous' - c'est-à-dire les personnes atteintes de troubles psychiques. Ensuite, parce que si on ne l'est déjà, les conditions d'incarcération rendent les détenus souvent dépressifs, et parfois complètement schizo ou parano...

 

*

*    *

 

L'Etat condamné après le suicide d'un détenu atteint de troubles psychiatriques

 

Dans un arrêt rendu le 7 mai 2015, la cour administrative d’appel de Douai a condamné l’État à verser plus de 78 000€ à la famille de Zinédine H. Atteint de graves troubles psychiatriques, il s’était donné la mort dans la nuit du 25 au 26 mars 2006 dans sa cellule du centre de détention de Loos.

 

Une décision qui vient clore une procédure de plus de sept années et un véritable parcours du combattant pour la famille afin que soit reconnue la responsabilité de l’administration pénitentiaire dans ce décès.

 

Lire la suite : Observatoire International des Prisons (Juin 2015)

 

*

*     *

 

Signe de la grande misère de la psychiatrie en France, l'Etat n'a rien trouvé d'autre que l'enfermerment : 'le Grand renfermement' pour paraphraser Foucault... Combien y a-t-il de personnes atteintes de troubles psychiques au sein des prisons ? Nul ne sait précisément.

Quels sont les moyens mis en oeuvre pour venir en aide à ces détenus en souffrance ? Nul ne peut le savoir, non plus. La dernière étude remonterait à 2003 : La Cour des comptes note qu'« aucune étude épidémiologique globale depuis 2003 ne permet d’en mesurer finement l’évolution ».

Selon les dernières études disponibles, au moins un trouble psychiatrique est identifié chez huit détenus sur dix, le taux de détenus atteints de schizophrénie étant quatre fois plus important que dans la population générale. De plus, 38 % des détenus souffrent d’une addiction aux substances illicites et 30 % à l’alcool.

 

Source : Dalloz actualité (14/02/14) : 

La santé des détenus dans le collimateur de la Cour des comptes​

 

*

*     *

 

Un rapport préconise de libérer les détenus souffrant de troubles mentaux

 

Un groupe de travail mis en place par Christiane Taubira préconise, dans un rapport non encore publié auquel La Croix a eu accès, de suspendre les peines de détenus atteints de troubles psychiatriques.

Lire la suite : La Croix (12/02/14)

 

Lire aussi :Le Figaro (17/02/14) : 

Faut-il épargner la prison aux détenus atteints de maladies mentales ?

 

*

*     *

 

"Mettez un chien dans une cage à l'écart du monde, et vous réaliserez qu'il est prêt à mordre"

 

Je suis cassé, mentalement démoli, par Miloud


"1989, ma première fois. La porte se referme. En un instant, je perds toute notion de citoyenneté, de droits, d'envie. Un nouveau monde s'ouvre à moi et je n'en connais pas les codes. Ma chance, c'est d'avoir 23 ans et d'être enfermé pour quelque chose d'énorme.

 

"Je bénéficie d'un statut de semi-isolement, seul dans une cellule. Mais la violence, elle, est bien là. Je suis cassé, mentalement démoli.

"On me laisse trois mois ou plus sans parloir, ma correspondance arrive dans un désordre pas possible, ma cellule fouillée à outrance, la douche de la semaine qui saute. Ils poussent les limites de résistance jusqu'au jour où le coup tombe.

 

"Dix ou quinze jours de mitard. Dix ou quinze jours dans un chenil. La froideur du béton brut. Et encore, un animal, on a de la compassion pour lui. La nuit, des hurlements de souffrance qui grondent dans les prisons du monde.


"Trois ans et demi de cette vie est gravé en moi. Alors depuis plus de dix-neuf ans, je vis pour ma liberté et c'est ma plus grande richesse au monde..."

 

Source : Le Monde (19/12/08) : A quoi ressemble le quotidien d'un prisonnier ?

 

 

 

L'isolement : une exquise forme de torture mentale

"Les gens qui sont dans ces unités sont dans la douleur" 

 

Aux Etats-Unis, bien que les définitions varient, quelques 80.000 personnes sont considérés actuellement tenues à l'isolement, passant parfois 23 heures par jour dans leur cellule.

Le Professeur Haney a interviewé plus de 500 prisonniers détenus dans de telles conditions, et il ne fait aucun doute que la privation de contacts ajoutée à leur incarcération est extrêmement destructeur.

Certaines personnes semblent être un peu plus résistants que d'autres. Certaines personnes sont capables de mettre en œuvre une stratégie qui leur permet de survivre. Mais ces personnes sont des exceptions.

"La réponse la plus courante est que les gens deviennent de plus en plus déprimés, et envahis par un sentiment de désespoir." L'automutilation est une pratique courante, rajoute-t-il.

Il y a des cas avérés de personnes qui n'ayant pas la maladie mentale préexistante ou des symptômes psychiatriques, les ont développés du fait de leur isolement.

 

Lire la suite : BBC News (15/02/14)  :

'Les scientifiques qualifient l'isolement de "dommageable et inutile" (en anglais)

 

*

*     *

(Post publié le 15/02/14 mis à jour le 04/06/15)

 

LIRE LE DOSSIER COMPLET DANS  : 

Vieux, Malades et Fous - Direction la Prison

 

PARTAGER SUR FACEBOOK

Commenter cet article

À propos

brunodesbaumettes.overblog.com

“bruno13marseille@live.fr”

Rédigé par Bruno des Baumettes

Hébergé par Overblog