Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

brunodesbaumettes.overblog.com

journal d'un détenu au quartier des "Isolés" - Prison des Baumettes à Marseille

Publié par Bruno des Baumettes
Publié dans : #droit, #droits de l'homme

 

Quand donc tomberont les murs de ces dernières Bastilles ?

 

Il serait ici inutile et vain de vouloir recenser toutes les infractions aux droits dont l'Administration pénitentiaire bénéficie : que ce soit au niveau du respect des Droits fondamentaux, au niveau des entorses aux lois et aux réglements édités par l'Assemblée... et parfois par elle-même ! 

Certes, la liste ne saurait être exhaustive ! mais comment "remettre des hommes et des femmes dans le droit chemin" quand l'autorité qui les contraint est elle-même, constamment, depuis des années, voire des siècles, en infraction ?

Une administration pénitentiaire qui bénéficie du regard bienveillant d'une Justice qui préfère, le plus souvent, fermer les yeux, si j'ose dire... C'est vrai que dans le huis-clos des enceintes carcérales, les délits, voire les crimes peuvent être étouffés, et, rarement les plaintes et les appels des détenus maltraités, déniés de leurs droits, et parfois déniés de toute dignité sont légions.

Faut-il pour cela s'indigner ? Faut-il se révolter contre ces injustices quotidiennes d'une administation récidiviste ? Suffit-il seulement de témoigner ? "Français, encore un effort et nous serons en République", disait un homme qui passa vingt ans de sa vie derrière les murs des prisons... Quand donc tomberont les murs de ces dernières Bastilles ?

 

A lire : L'Express (18/03/15) : 

Prison: "J'ai été condamné à être privé de liberté, pas de mes droits"

 

*

*      *

 

Prison d'Alençon, un jugement qui scandalise les surveillants...

 

Alors que le centre pénitentiaire d’Alençon (Orne) a été le cadre de nouveaux incidents, un ancien détenu vient d’être indemnisé pour une sanction disciplinaire infondée ! Récit.

De retour à la prison d’Alençon après son procès, un détenu a refusé d’intégrer la cellule qui lui est attribuée : il souhaitait rester à l’isolement, craignant vraisemblablement pour sa sécurité.

 

Le 27 janvier 2014, il est sanctionné et placé à titre préventif dans le quartier disciplinaire. Deux mois plus tard, le détenu, alors incarcéré à Fresnes (Val-de-Marne), conteste cette sanction en saisissant le tribunal administratif de Caen. Le jugement a été rendu le 26 février 2015 : la sanction est annulée. 

« Très calme, le détenu qui souhaitait rester à l’isolement, souhaitait un entretien avec un responsable. Il comprenait la situation et n’a pas refusé de se soumettre à une obligation de sécurité mais refusé d’obéir aux injonctions du personnel. Une faute qui n’est pas susceptible d’entrainer un placement en cellule disciplinaire », a estimé le tribunal qui lui accorde 1 000 euros de dédommagement pour frais de justice.

 

Lire l'article complet : Normandie-Actu (28/03/15)

 

Dont acte : Même l'Administration pénitentiaire ne serait pas au-dessus des Lois...

 

*

*      *

 

 

Quand l’administration pénitentiaire « oublie » de respecter les droits de la défense

Lettre ouverte d'avocats au Garde des Sceaux

 

 

"Madame le garde des Sceaux,

"Nous sommes avocats.

"Nous sommes libres de défendre les personnes – et les causes – que nous voulons. Mais, une fois que nous avons accepté d’apporter notre soutien au justiciable, qui devient par là notre client, notre engagement se doit d’être entier.

"Aussi, avons-nous appris avec une profonde affliction que, le 22 septembre dernier, un confrère avait été empêché de défendre un de ses clients devant la commission de discipline de la maison d’arrêt de Lyon-Corbas au seul motif que ce dernier aurait tout d’abord indiqué ne pas souhaiter l’assistance d’un avocat avant de se raviser et de solliciter le soutien de son conseil habituel, qui a accepté cette mission.

"C’est donc seule, sans même avoir pu rencontrer son avocat préalablement, que cette personne a été entendue par la commission de discipline et, à l’issue de cette procédure, elle a été sanctionnée de 21 jours de placement au quartier disciplinaire, dont cinq avec sursis.

"L’administration a manifestement oublié que les avocats bénéficient – dans l’intérêt de leurs clients et pour garantir l’efficacité des droits de la défense – d’un mandat qui fait présumer qu’ils interviennent au nom et pour le compte des personnes qu’ils assistent. La personne devant comparaître devant la commission de discipline n’avait donc pas à faire connaître le nom de son défenseur puisque ce dernier avait mandat pour le faire, à tout moment... "

 

Lire la suite : Dalloz Actualité (27/11/14)

 

*

*     *

 

Nulle administration n'est au-dessus des lois... Sauf la Pénitentiaire !

 

© Charles Onians / AFP

 

Emprisonnement individuel : la France, dans l'illégalité depuis 139 ans

 

Extrait de la loi du 5 juin 1875 sur l'emprisonnement individuel : une loi toujours non appliquée !

Source : Le Point (29/08/14)

 

*

*     *

 

"Nous étions quatre dans une cellule de 13 mètres carrés"

 

France inter (13/11/14)

 

A lire et à écouter France inter (13/11/14)

 

Un seul prisonnier par cellule : la France hors-la-loi ce mardi 25 novembre 2014

 

Si la France avait respecté ses engagements, il ne devrait y avoir ce mardi 25/11/14 qu'un seul détenu par cellule dans les prisons françaises : le principe de l'encellulement individuel entre en effet en vigueur aujourd'hui. Mais fin octobre seuls 26.341 des 67.806 détenus étaient seuls en cellule. La France s'expose donc à des poursuites en justice...

 

Lire la suite : France Bleu (25/11/14)

 

Lire aussi :

Le JDD (13/11/14) : "Il faudra une décennie pour mettre en place l'encellulement individuel"

Le Point (25/11/14) : Prisons : la promesse politique qui ne sera jamais tenue

 

*

*     *

 

(Photo Denis Charlet / AFP)

 

Mais que fait la Contrôleuse Générale des Lieux de privation de Liberté ?

 

Le Contrôleur général des lieux de privation de liberté (CGLPL), Adeline Hazan, se dit favorable à un « numerus clausus » ou « seuil » limite d’incarcération pour endiguer la surpopulation carcérale. « Il est temps de faire entrer le droit en prison car, pour les détenus mais aussi pour les surveillants, la surpopulation a de graves conséquences », insiste Adeline Hazan...

 

Lire la suite : Libération (25/11/14)

Lire aussi : Direct Matin (18/03/15) : La contrôleure des prisons souhaite plus de dignité

 

Bon courage, Madame !

 

*

*     *

 

 

Le « strict respect de la loi », reportée en... 2022 !

 

Un rapport parlementaire prône le « strict respect de l’encellulement individuel » en 2022... A lire dans Le Monde (02/12/14)

 

ou en 2222 peut-être !

 

Lire aussi : NPA-Actualités (11/12/14) : Prison : l’État hors-la-loi !

 

*

*      *

 

Le centre pénitentiaire de Mont-de-Marsan. Nicolas Le Lièvre © Maxppp

 

Le centre pénitentiaire de Mont-de-Marsan va mettre en place deux "unités de respect"

Un projet unique en France

 

Le centre pénitentiaire va mettre en place deux "unités de respect". Il s'agit de deux secteurs séparés au sein de l'établissement où les détenus ont une plus grande autonomie dans leurs activités quotidiennes. Objectif : travailler la réinsertion après la sortie et faire baisser le nombre d'agressions en prison...

 

Lire l'intégralité de l'article : France Bleu (17/12/14)

 

L'Administration pénitentiaire s'engagera-t-elle aussi à signer le "protocole" et à respecter l'ensemble des droits des détenu(e)s ? A voir !!!

 

*

*     *

 

Baumettes : Bolo et son codétenu devant la lanterne magique...

 

L'Égalité, trop chère pour la Pénitentiaire

Quand le principe d’égalité a un coût jugé trop élevé par l’administration pénitentiaire

 

Le 21 octobre 2014, la Garde des Sceaux a publié au Journal officiel une réponse à la question adressée le 21 avril 2013 par M. Jean-Jacques Urvoas, député du Finistère. Celle-ci portait sur la différence de traitement dont souffrent les personnes détenues concernant le coût de location des téléviseurs selon que la gestion de l'établissement dans lequel elles ont été incarcérées est déléguée à un prestataire privé ou non. Elle y a ouvertement admis que pour des raisons financières, le ministère préférait renoncer à un traitement égalitaire de l’ensemble des usagers du service public pénitentiaire...

 

Lire la suite : Genepi (novembre 2014)

 

*

*    *

 

Des prisons délabrées, des détenus traités indignement

 

Une piqure de rappel (quand même). En décembre 2012, Le Contrôleur général des Prisons sortait un rapport d'urgence sur les conditions de détention à la prison des Baumettes. La presse ainsi que la classe politique a semblé, à ce moment-là, découvrir l'état de vétusté (et c'est peu de le dire) de cette prison...

Pourtant, depuis plusieurs années déjà, la France était régulièrement pointée du doigt, voire même condamnée, pour l'état indigne de ses prisons, et, parmi elles, celle des Baumettes à Marseille...

Pourtant, dès 2005, le Commissaire européen aux Droits de l’Homme interpellait la france sur le respect effectif des droits de l’Homme - et soulignait déjà l'état déplorable de la Prison marseillaise  :

 

"J’ai été choqué par les conditions de vie observées à la Santé ou aux Baumettes. Ces établissements m’ont semblé particulièrement démunis. Le maintien de détenus en leur sein me paraît être à la limite de l’acceptable, et à la limite de la dignité humaine.


"Lorsque j’en ai fait part au Ministre de la Justice, il m’a informé que le gouvernement prenait très au sérieux cette situation et que des efforts ont été entrepris depuis deux ans pour l’améliorer, surtout en ce qui concerne la prison des Baumettes à Marseille. Je ne peux que me réjouir de cette annonce faite par le Garde des Sceaux au mois de novembre 2005..." (Alvaro Gil Robles, rapport sur le respect effectif des Droits de l'Homme en France - février 2006)

 

Tu parles !

 

*

*    *

 

Post publié le 26/11/14 mis à jour le 30/03/15

 

Commenter cet article

À propos

brunodesbaumettes.overblog.com

“bruno13marseille@live.fr”

Rédigé par Bruno des Baumettes

Hébergé par Overblog