Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

brunodesbaumettes.overblog.com

journal d'un détenu au quartier des "Isolés" - Prison des Baumettes à Marseille

Publié par Bruno des Baumettes
Publié dans : #histoire, #droits de l'homme

Le Camp des Milles entre Aix-en-Provence et Marseille (13)

 

Je ne tenterai pas de recenser tous les "camps d'internement" mis en place par les différents régimes politiques qui se sont succédés en France, d'autres s'y sont attelés. Peut-être s'agit-il seulement d'évoquer ici un passé qui risque fort de présager d'un futur, si ce n'est probable, du moins prévisible...

 

Pour des recherches plus approndies :

Le Blog de Jacky Tronel : Histoire pénitentiaire et Justice militaire

Le blog de Philippe Poisson : Les camps d'internement

 

*

*      *

 

Louise Michel, déportée en Nouvelle-Calédonie de 1873 à 1880

 

Les Bagnes d'Outre-mer : camps d'internement politique

 

C'est connu depuis l'Antiquité - si tu veux te débarasser de tes ennemis politiques, expédie-les au bout du monde ! C'est ce qu'a mis en place la France au XIX° siècle et au début du XX° pour ses "ennemis" politiques : Communards, Anarchistes, Indépendantistes des terres colonisées...

 

Les Déportés de la Commune... et d'ailleurs


La Nouvelle-Calédonie, fut avec les bagnes de Guyane la destination des forçats de droit commun, mais aussi de nombreux opposants politiques que le Second Empire puis la III° République déportèrent là-bas, au bout du monde.

À partir de 1872 et jusqu'aux amnisties de 1880, plus de 1000 insurgés de la Commune de Paris, des hommes et des femmes, furent ainsi déportés en Nouvelle-Calédonie


Lire l'article complet : 
Nouvelle-Calédonie : Les Déportés de la Commune

 

Lire aussi : Les Archipels français du Goulag - Les déportés politiques

 

*

*      *

 

Parquer les Algériens (Arabes ou Kabyles)
Une tradition de la République...
 

Considérés comme des détenus "à part", la Justice et l'Administration pénitentiaire, ont depuis longtemps considéré qu'il valait mieux "les"  enfermer ensemble, selon, sûrement l'adage : qui se ressemblent, s'assemblent...

 

Bagne de Nouvelle-Calédonie : Les Arabes et Kabyles du Pacifique

(1870 - 1880)

 

Sur les traces du passé - Les arabes de Nouvelle-Calédonie (partie 1/2) © NCTV 2014

 

Lire l'article : Chronique du Bagne : Les Arabes et Kabyles du Pacifique

*

*      *

 

Bayonne (64) : Exposition sur les camps d'internement du Polo de Beyris, 1939-1947

Du 7 avril au 22 mai 2015 (Cliquez sur l'image pour en savoir plus)

 

Bayonne (64) : Les camps d'internement du Polo de Beyris entre 1939 et 1947

 

Sur un ancien terrain promis à des parties de polo, c'est une autre ménagerie que le centre d'nternement de Beyris à Bayonne accueillera entre 1939 et 1947. Là, seront détenus, successivement : des réfugiés républicains espagnols, des prisonniers de guerre coloniaux, des détenus politiques et administratifs et enfin des prisonniers de guerre allemands...

 

Rien dans le quartier du Polo Beyris ne rappelait ces terribles années où des milliers de personnes ont souffert.

Un Collectif pour la Mémoire du Camp de Beyris a décidé de recueillir documents d'archives, photos et témoignages pour faire revivre la mémoire de cet épisode méconnu. Et une stèle symbolique : "la Borne des 4 camps", a été erigée à l'emplacement du camp, au cœur de ce quartier...

 

Toute une histoire retracé et abondamment illustrée :  

Exposition sur les camps d'internement du Polo de Beyris, 1939-1947 (2013)​

*

*      *

 

 

Parquer les Algériens (Arabes ou Kabyles)

Une tradition de la République...

 

Considérés comme des détenus "à part", la Justice et l'Administration pénitentiaire, ont depuis longtemps considéré qu'il valait mieux "les"  enfermer ensemble, selon, sûrement l'adage : qui se ressemblent, s'assemblent...

 

Le Centre de Détention de Riom

Deuxième partie du XX°

 

Maison centrale de détention depuis 1820, fermée en 1954, le centre de détention de Riom dans le Puy-de-Dôme rouvrit ses portes en 1958 pour y emprisonner des combattants du FLN algérien.

Depuis la fin des années 70, seuls des prisonniers d'origine algérienne sont incarcérés dans cette prison. détient la particularité de ne détenir, depuis la fin des années 1970, que des prisonniers d'origine algérienne...

 

A visionner : INA  (1981) : Le Monde des Pênes - 1ère partie

Le Monde des Pênes - 2ième partie

 

*

*     *

 

Prison des Baumettes à Marseille :

Le "Quartier Algérien"

 

En 1960-1961, en pleine Guerre d'Algérie, de nombreux militants du FLN furent détenus aux Baumettes. Il est vrai que Marseille à toujours était la porte vers l'Afrique du Nord. Pour eux, ce furent des portes verrouillées et des barreaux aux fenêtres. Certains et certaines d'entre eux/elles, furent condamnés à mort. Il y avait des femmes aussi... En mars 1960, 150 prisonniers FLN entament une grève de la faim aux Baumettes...

 

Lire l'article complet : 

Les Combattants FLN détenus aux Baumettes

 

 

*

*     *

Le Site-mémorial du Camp des Milles (13)

 

Seul grand camp français d'internement et de déportation encore intact et accessible au public, le Camp des Milles abrite aujourd'hui un important musée historique, tourné vers l'Éducation et la Culture. S'appuyant sur l'histoire du lieu, son action est destinée à renforcer la vigilance et la responsabilité de chacun, face aux racismes, à l'antisémitisme et à tous les fanatismes...

Ouvert en septembre 1939 au sein d'une tuilerie située entre Aix-en-Provence et Marseille, le camp des Milles connut un peu plus de trois ans d'activité et vit passer plus de 10 000 internés originaires de 38 pays, parmi lesquels de nombreux artistes et intellectuels. 

 

Son histoire se divise en plusieurs phases correspondant aux différentes catégories d'internés qui y séjournèrent : ressortissants du Reich et légionnaires, étrangers désireux d'émigrer, juifs ayant fait l'objet de rafles.



On peut lire à travers ces phases l'évolution tragique de la répression dont furent victimes les étrangers et surtout les juifs sous le régime de Vichy, évolution qui culmina en août et septembre 1942 avec la déportation de plus de 2 000 hommes, femmes et enfants juifs vers Auschwitz via les camps de Drancy et de Rivesaltes.

 

Pour en savoir plus :

Mémorial du Camp des Milles

 

 

 

Présentation du Camp des Milles (13) et du Site-Mémorial

 

*

*     *

 

Yves Jeanmougin (photos) & Alain Paire (texte) (2013)

Mémoire du Camp des Milles - 1939-1942

 

« Partout il y avait des débris de briques et de la poussière de briques, même dans le peu que l’on y donnait à manger. Cette poussière rouge pénétrait jusque dans les pores de la peau. On avait l’impression d’être destinés à devenir débris de briques. » Max Ernst

Porte-folio réalisé par Yves Jeanmougin ( voir l'ouvrage : "Carcérales - page s et image de prison" sur les Baumettes), qui nous offrent des images saisissantes de cette ancienne prison avant qu'elle ne soit transformée en mémorial.

 

Des photos qui font penser immanquablement aux Gravures du Piranèse : "Les prisons imaginaires" mais cette prison-là, malheureusement était bien réelle...

 

Pour en savoir plus : Yves Jeanmougin : Mémoire du Camp des Milles - 1939-1942

 

 

Un timbre-poste en mémoire du Camp des Milles : 0,60 €

 

*

*     *

 

Laurent Duguet (2015) Incarcérer les Collaborateurs

Dans les camps de la Libération, 1944-1945

 

Dès les premiers mois de la Libération, sur l’ensemble du territoire français, plusieurs dizaines de milliers de personnes soupçonnées de collusion avec l’occupant sont arrêtées puis incarcérées dans les camps d’internement.

Dans la région de Marseille vont se côtoyer de véritables collaborateurs, de simples suspects, des civils italiens et allemands, une poignée de prisonniers de guerre, mais aussi des femmes et des enfants en bas âge.

Les directeurs de ces établissements sont confrontés chaque jour à des prisons surpeuplées, où les conditions d’hygiène sont déplorables, risquant à tout instant de propager des épidémies de rougeole ou de fièvre typhoïde, tandis que les denrées alimentaires et le matériel de base manquent cruellement...

 

Lire la suite : Criminocorpus (18/03/15)

Un timbre-poste en mémoire du Camp des Milles : 0,60 €

*

*      *

 

 

Un camp pour les tsiganes - Saliers (13) 1942-1944

 

Le camp de Saliers fut le seul camp d’internement réservé aux nomades créé par le gouvernement de Vichy, il était situé en zone libre, dans les Bouches-du-Rhône sur la commune d’Arles.

Il s’agit bien d’un exemple unique, qui s’inscrit d’une part dans la logique de sédentarisation de la France à l’égard des nomades, mais aussi dans la logique d’enfermement.

Le camp a été voulu par les autorités comme un instrument de propagande pour faire pièce aux nombreuses critiques qui s’élèvent à l’étranger contre la politique d’internement de Vichy.

Le site en plein cœur de la Camargue, en pleine nature hostile, et loin de tout...

 

 

Pour en savoir plus : Mémoire.Net - Isabelle Debilly (2002)

Lire aussi : Le Point (17/08/14) : Le camp de concentration oublié de Camargue

 

Portraits anthropométriques des Tsiganes internés dans le camp de Saliers. © Gérard Julien/AFP

 

Lire aussi : 

Commenter cet article

Claire 18/05/2015 22:13

Bravo pour votre article bien documenté sur les camps! et si bien présenté! (je découvre votre blog)
Claire, du Collectif pour la Mémoire du Camp de Beyris

À propos

brunodesbaumettes.overblog.com

“bruno13marseille@live.fr”

Rédigé par Bruno des Baumettes

Hébergé par Overblog