Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

brunodesbaumettes.overblog.com

journal d'un détenu au quartier des "Isolés" - Prison des Baumettes à Marseille

Publié par Bruno des Baumettes

 

 

Comment (re)trouver du travail en sortant de prison ?

 

En 2012, environ 5.900 détenus sur 18.900 personnes suivies par des conseillers Pôle Emploi Justice en France, ont obtenu une solution d’insertion professionnelle dès leur sortie, selon le ministère de la Justice. Parmi elles, un peu plus de 2000 ont trouvé un emploi.

 

Lire : Ministère de la Justice (23/07/1) : 

Signature d’une convention cadre avec le Pôle emploi

 

 

Marseille : Des détenus des Baumettes s'essaient au speed-dating

 

Les Baumettes ont accueilli fin mai 2015 leur premier speed dating. Pendant une matinée, une cinquantaine de détenus, tous en fin de peine, ont rencontré une vingtaine de responsables d’entreprises de la région qui leur ont présenté leurs métiers et les perspectives d’emploi pour mieux préparer leurs sorties.

Les rencontres, qui se sont déroulées à huis clos, étaient organisées par le CREPI Méditerranée (Clubs régionaux d’entreprises partenaires de l’insertion) et le SPIP de Marseille (service pénitentiaire d’insertion et de probation).


Lire la suite : 20 Minutes Marseille (21/05/15)

 

Lire aussi : CGT (18/05/15) : SPIP des Baumettes : 

Chronique d’un Échec annoncé

 

*

*     *

 

Photo DDM, J.-L. D.-C.

 

Prison de Carcassonne : Forum de l'insertion professionnelle à la maison d'arrêt

Les détenus préparent l'après-prison...

 

Le premier forum de l'insertion professionnelle à l'intérieur de la maison d'arrêt a eu lieu hier, à l'initiative de Pôle Emploi. Vingt détenus y ont participé pour préparer leur sortie.

 

« L'insertion, ce n'est pas simple : un employeur, quand tu lui dis que tu as pris 6 mois, il ne te reprend plus ».

« J'ai passé huit ans de ma vie en prison, il est temps que ça s'arrête». À 45 ans, Alex ne regrette pas une seconde de s'être inscrit pour ce forum de l'insertion professionnelle au caractère un peu particulier puisqu'il s'est déroulé hier matin à l'intérieur de la maison d'arrêt.

« Pour certains comme pour moi, ce forum peut être un tremplin. C'est ce qui va les aider à ne plus revenir ici». Alex vient de passer une dizaine de minutes sur le stand de l'association du Trenel. «Ils cherchent un cuisinier, c'est mon métier ! Un CDD de deux ans, aujourd'hui ce n'est pas négligeable. J'ai le profil idéal. Le jour où je sors d'ici je les appelle. »

 

 

Lire l'article complet : La Dépêche (03/06/15)

 

Le Chiffre : 20 détenus ont participé à cette expérience ! 

Rappelons qu'il y a actuellement en France 66 000 détenus derrière les barreaux...

Bravo Pôle Emploi !

 

*

*      *

 

Maison d'arrêt de Caen

 

Lettre ouverte d'une épouse de détenu au Directeur du SPIP de Caen

SPIP : Service pénitentaire d'insertion et de probation

(Extrait)

 

"Monsieur, je suis consciente des charges qui incombent au SPIP envers les détenues de Caen pour ne pas dire d'ailleurs, voir partout. Je suis consciente que la charge des responsables du SPIP et bien lourde et qu'ils ne peuvent sérieusement s'occuper de tous les détenu(e)s.

(...)

"J'ai aussi connaissance que le SPIP ne fait dorénavant ou en majeure partie que de suivre les détenu(e)s (...), et qu'il incombe a ces dernier de devoir prouver qu'ils veuillent se réinsérer en effectuant la majeure partie des démarches que faisait auparavant le SPIP.

(...)
"Je vous ai écrit en RAR en février 2015, en proposant d'aider le SPIP pour aider au mieux mon mari à se réinsérer. J'ai proposé de trouver une entreprise pour l'aider, j'ai proposé de faire les démarches, j'ai même trouvé une entreprise qui était d'accord de le recevoir une journée pour lui montrer comment fonctionne l'établissement. J'ai laissé mes coordonnées dans ce courrier : téléphone et e-mail.

"En manque d'une réponse,je vous est relancé, puis toujours rien, je vous est téléphoné personnellement, et vous m'avez tenue une conversation qui m'a rappelé comment mon conseiller SPIP me considérait lorsque j'ai été moi-même détenue.

"Je vous est relancé une troisième fois . Depuis 20 jours, m'a-t-on dit, vous m'auriez écrit. Cette lettre je l'attends encore. J'ai comme un doute... Celui d'un mépris total accordé à mon courrier et à mes démarches, - démarches qui à ce jour ne sont pas entreprises par le conseiller SPIP qui devrait accompagner mon époux dans ces démarches, démarches que de mon côté j'ai entreprises et qui vous feignez d'ignorer.

"La moindre des politesses et de respect pour un service comme le vôtre est de répondre, surtout lorsqu'on lui adresse une lettre recommandée, même cela aussi vous le négligez.

"Que le SPIP soit surchargé de travail, cela je le comprends. Mais que ce soit moi qui fasse leur boulot et que vous ignorez toutes mes démarches, là, vraiment, Monsieur il faudrait que vous m'expliquiez !

(...)

"Je suis très surprise de votre attitude, mais il vrai que je me suis rappelée de mon propre conseiller SPIP  à l'époque, et cela m'a un peu réveillée - je me souviens comment le SPIP a pu fonctionner avec moi, mais j'osais espérer qu'il n'en était plus de même...

"J'ai à présent la hantise d'un bis-repetita..

"Je ne vais pas venir m'immoler sur votre parking, bien que cela serait une idée pour réveiller certaines consciences et remettre les pendules à l'heure.

"Comme vous ne répondez plus au téléphone et encore moins a mes courriers et à mes relances, je vous adresse-là cette lettre ouverte.

"Avec l'espoir de vous lire. Madame Chloë Rassemont Vilain

 

(Publié avec l'autorisation expresse de Madame Rassemont Vilain...)

Lien facebook : Chloë Rassemont Vilain 

 

*

*     *

 

 

Post publié le 14/06/15 mis à jour le 16/06/15

Commenter cet article

À propos

brunodesbaumettes.overblog.com

“bruno13marseille@live.fr”

Rédigé par Bruno des Baumettes

Hébergé par Overblog