Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

brunodesbaumettes.overblog.com

journal d'un détenu au quartier des "Isolés" - Prison des Baumettes à Marseille

Publié par Bruno des Baumettes
Albert Camus - L'homme révolté

Commenter cet article

dupuis 29/07/2013 11:26

Sans liberté puisque l'on doit purger sa penne, mais il y a une réalité au bout de la penne c'est la réinsertion si ce n'est quasi impossible alors on se retrouve à la case départ pour recommence à survivre certainement en faisant à nouveau les meme erreurs !...

Darkhaiker 20/07/2013 17:12

Que peut signifier ce « si absolument libre » ? L'important n'est pas d'abord « libre » mais « absolument », qui indique sur quel plan on est : non matériel, non mesurable, non définissable, non « clos ». L'absolu, rien de moins, comme sens de sa vie.

Deuxièmement le « si », qui se rajoute à « absolument » pour en faire quelque chose d'humain, de limité, comme la vie (mais aussi le poids de l'esprit) d'un homme ou d'une femme, de relatif donc.

C'est à partir de ce relatif du temps (à faire) dans un lieu (plus ou moins fermé matériellement et psychologiquement), mais aussi et surtout dans les limites de ce que l'on est déterminé à « être » négativement (et qui essaie de nous nier) par ces limites, que se constuit ce qui est « absolument libre. » et qui au lieu de nous nier nous construit : exemple Mandela...

La liberté commence à partir du moment où l'on est en mesure de refuser ce qui ne nous convient pas, comme par exemple être déterminé de l'extérieur, même, si vu de l'incontournable extérieur (monde matériel), cette liberté devient « révolte », puisqu'elle ne peut aller dans son sens de limitation de liberté.

En réalité il faut aller absolument jusqu'au bout du désaccord, de façon non violente, pour trouver l'accord absolu avec ce que l'on est. Ne pas l'être serait une trahison. Mieux vaut donc le présent qui passera, contrairement à ce que l'on est.

Il n'y a pas de refus : il n'est que l'envers de l'affirmation : quelle est ton affirmation ? Toute liberté commence et finit à partir de et dans cette affirmation. La révolte n'est qu'une façon humaine de répondre à ce que nous sommes. Mais l'important n'est pas cette réponse, c'est la question.

Camus montre, sans le dire et c'est sa force, que la révolte n'existe qu'à l'extérieur, elle est illusion, comme l'amour (croire ou dire ou essayer d'aimer). En réalité c'est un oui absolu qui fonde le non relatif et provisoire, comme la violence parfois, dont on sait qu'elle ne sera jamais exacte ni juste. Pas plus que l'amour, mais...

Le monde tel qu'il est extérieurement est le créateur de la révolte, pas le vrai, qui se contente d'être ce qu'il est, quoi qu'il arrive, sans changer sa façon d'être, face à ce qui cherche à le détruire. Il rend la révolte nécessaire, mais la liberté la rend consciente et conditionnelle : sa base est positive comme le respect absolu de la vie, au nom de laquelle elle apparaît toujours.

Ainsi la révolte n'est jamais qu'absolument le monde comme il est en vérité, que rien ne peut détruire : elle est cette souffrance pure qui refuse de disparaître autant qu'elle refuse d'être le privilège de celui qui a « forcément » raison (que vaut la force qui enferme?). Elle n'est qu'une souffrance qui exige de cesser, sans condition.

Mais comme une ombre soulignant la lumière, pas l'inverse. Le « si absolument » dépasse tout : histoire, conditionnement, égoïsme, pour laisser sa place à la grandeur du monde telle qu'elle est dans sa puissance muette mais active, et pour la rejoindre pour toujours, sans plus de concession ni de tergiversation (la peur) ou de doute : la douleur ne doute pas d'elle-même, pas plus que la liberté.

Sa propre vie devient si « propre » qu'elle ne peut plus se salir. Même quand elle dit non, elle ne le fait que parce qu'elle ne peut momentanément ni humainement dire le oui absolue qu'elle est devenue dans son destin.

Ainsi elle sort définitivement de la prison de temps et de l'espace « d'un monde sans liberté ».

Fraternellement, Darkhaiker.

À propos

brunodesbaumettes.overblog.com

“bruno13marseille@live.fr”

Rédigé par Bruno des Baumettes

Hébergé par Overblog