Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

brunodesbaumettes.overblog.com

journal d'un détenu au quartier des "Isolés" - Prison des Baumettes à Marseille

Publié par Bruno des Baumettes
Publié dans : #QHS, #anticarcéral, #cachot, #résister

"Comment survivre, en prison, lorsqu’on est isolé-e en permanence ou – seulement... - 23 heures sur 24 ? Comment garder la notion du temps, le goût de soi et des autres, l’envie de vivre ? Comment résister ? Comment aider un proche qui subit de telles conditions de détention ?


"La folie, le suicide et la mort lente entre quatre murs, voilà le lot commun des personnes placées dans les quartiers de haute sécurité. Mais certain-e-s semblent avoir des capacités extraordinaires à survivre et à résister...."

Lire la suite : Infokiosques (15/08/13)

 

*

*     *

 

QHS : une "appellation non contrôlée" - cad non-officielle, pour ce qui existe comme dispositif pour les détenus particulièrement surveillés... Le mot n'est donc pas "officiellement prononcé" par les Autorités, mais les conséquences pour ces hommes et femmes ainsi traité(e)s sont-elles bien réelles !

 

Réveils nocturnes des « détenus particulièrement signalés »

Dénoncée par le Comité européen pour la prévention de la torture (CPT), la pratique consistant à contrôler certains détenus en les réveillant plusieurs fois dans la nuit perdure dans les prisons françaises.

Lire la suite : Observatoire International des Prisons

 

 

Lire aussi : Le Monde (20/05/14) : Même un poseur de bombes a droit à un sommeil tranquille en prison

 

*

*     *

 

Bernard Lavilliers (1983) : QHS

 

Lire : OIP (19/11/14) : Cellules sans lumière du jour ni aération au quartier disciplinaire de la maison d’arrêt des femmes de Fleury-Mérogis

 

*

*     *

 

Quartier de la Maison Centrale de Réau = « QHS Tombeau secret »

Philippe purge une très longue peine depuis 2010

 

"Je me retrouve dans ce QHS tombeau secret où tout est fait pour provoquer le détenu. Pas un jour où y a pas un problème. Le médical est nul à chier, ils veulent recevoir personne. On est obligé de menacer. Moi ils voulaient pas me recevoir, le docteur dit aux détenus : « C’est pas urgent alors je veux pas le voir ».

Moi j’ai averti l’unité sanitaire ainsi que la directrice, j’ai écrit à mon avocate Boesel pour leur tomber dessus. Ils ont dit à un mec, pour pas l’envoyer à l’hôpital, tout comme moi, qu’ils voulaient lui faire une opération plastique ici, ahahah, c’est un fou ce docteur. Tout ça pour éviter des extractions.

Moi, deux taules, Mont-de-marsan et Moulins, m’ont dit : « Faut aller à l’hôpital pour vous opérer des dents », et ici à Réau ils veulent m’opérer ici, c’est des tarés. Ça c’est juste un échantillon que je vous raconte pour le médical !"

 

Lire son témoignage : L'Envolée (04/09/14)

 

Lire aussi : Anarsistrois (03/06/15) :  Depuis le quartier d’isolement de Bourg-en-Bresse

 

*

*      *

 

SuperMax

Prisons and Solitary Confinement in Europe

 

 

*

*     *

QHS et rébellion

 

Le module d'isolement dans la prison de Bruges

 

Belgique - "En juin 2008, un module d'isolement ouvrait dans la prison de Bruges. C'était la réponse de l'État face aux multiples rébellions, évasions et émeutes qui avaient echauffée bien des coeurs à l'intérieur qu'à l'extérieur de la prison.

"Le quartier de haute sécurité (QHS) : dix cellules individuelles contenant le strict minimum, deux cachots, une quarantaine de matons et des 'blouses blanches' — médecins, psychiatres, psychologues, infirmiers.

"Le but : briser les détenus récalcitrants. L'État y impose un régime sévère, utilisant la torture physique et mentale, administrant drogues légales et injections..."

 

Lire l'intégralité de l'article : Larmurerie (14/05/12) : QHS et rébellion

 

*

*     *

 

Roger Knobelspiess (1981) : Q.H.S. Quartier Haute Sécurité - Réédition 2007

 

Préface de Michel Foucault

Ayant passé vingt-six ans de sa vie en prison, Roger Knobelspiess est devenu le porte-parole des prisonniers, dénonçant l'inhumanité d'un système carcéral français qui broie les hommes et les pousse à la récidive.

De cellule d'isolement en cellule d'isolement, il est l'un de ceux qui servirent de cobaye pour l'une de ces inventions démocratiques de pointe : le Quartier de Haute Sécurité. Un homme devient dangereux non pas en fonction du délit commis mais de son insoumission. S'il refuse de se taire, n'accepte pas sa peine, se révolte de quelque façon, il sera mis en Q.H.S.

 

Ce livre a été engendré face au silence du Q.H.S., hors de l'espoir et du désespoir. Une simple lutte contre la mort lente : dans une cellule blindée, seul 23 heures sur 24.

 

"Dans mon cas, la prison substituait la culpabilité et qu'importait mes cris d'innocent. Le mécanisme était; il nie, il résiste, on l'envoie au mitard, en cellule d'isolement et cela ne suffisant pas, on le place en QHS. Si je suis en QHS, je suis dangereux, ma place n'est plus en liberté. Le QHS relaie la preuve, ce que la justice avait insuffisamment démontré.

Pouvais-je m'accorder à la prison ? Le QHS infligé ( 8 années au total) tenait lieu d’exécution. La destruction cubique. Dans ce double circuit de l'erreur judiciaire et la mort carcérale : le temps pénal sans limite... Je n'avais plus qu'une volonté, celle de devenir coupable !" Roger Knobelspiess

 

*

*     *

 

(Post publié le 16/08/13 mis à jour le 13/06/15)

 

Lire aussi : 

Commenter cet article

alain h 18/08/2013 15:00

COMMENT SURVIVRE AU QHS OU QI


La réponse de Supermaton avec 25 ans d’expérience et « ON NE PEUT PAS SURVIVRE ». Si on vie, ce n’est que de façon mécanique que le corps résiste. Mais le reste est mort. Tous les systèmes de raisonnement sont morts, sauf quelques exceptions. J’ai connu le détenu Marny au bout de 45 ans de geôle à ce régime il était mort, il avait perdu la raison, son corps fonctionnait encore. Comme je l’ai évoqué dans mon blog, il faut des QHS et Quartier d’isolement séparé de la population pénale dite normale, mais à la condition de regroupé tout ces détenus entre eux avec des agents aguerrie pour tout dysfonctionnement, tentative d’évasion ou autre. Ils pourraient discuter, jouer se distraire entre eux, il faut faire une communauté de personnes mise à l’écart de façon à ce qu’ils vivent une détention presque normale et ne sombre pas dans la folie. Je veux bien une répression mais à taille humaine. Toutes les discussions d’énarques à ce sujet, ne sont que des théories fumantes et sans réalité avec le terrain.
24 heures sur 24, n’avoir que pour interlocuteur que des matons, des avocats et quand elle peut la famille qui au file de temps se lasse de venir, cela conduit à la folie ou au désir féroce d’évasion.
Pour toute la population libre, c’est normal, que ces gens soit dans ces quartiers, humainement c’est de l’hérésie. Nous avons une société démocratique, et nous appliquons un enfermement digne des dictatures les plus féroces. Comme vous avez pu le lire, je suis pour une prison dure, mais pas pour faire la torture que le détenu a pu faire. Je suis contre la loi du talion dans la société. L’isolement est la porte de la mort et nous l’avons abolie en 1981. Si ils ont commis des atrocités ou autre, il leur faut une vraie perpétuité à taille humaine. Le pouvoir doit avoir le courage de mettre une peine de mort exemplaire vraiment dissuasive, mais là nous retomberons dans une dictature sans nom
Aux USA combien de condamné à mort et exécuté ont été innocenté par la suite avec les progrès de la science. Pouvons-nous tuer des innocents avec des faisceaux de présomptions, sans preuve sauf l’intime conviction. Je terminerais pour ceux qui sont aux quartier d’isolement « TANT QU’ IL Y A DE LA VIE IL Y A DE L’ESPOIR »

À propos

brunodesbaumettes.overblog.com

“bruno13marseille@live.fr”

Rédigé par Bruno des Baumettes

Hébergé par Overblog