Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

brunodesbaumettes.overblog.com

journal d'un détenu au quartier des "Isolés" - Prison des Baumettes à Marseille

Publié par Bruno des Baumettes
Publié dans : #prison, #bagne, #litterature, #anticarcéral, #anarchie
Alexandre Jacob - Je crie : à bas les prisons, toutes les prisons !

"Tu as l'espoir ?, que dis-je, la conviction de pouvoir m'embrasser. C'est du moins ce que j'ai pu comprendre dans ta lettre. Et bien, permets-moi de te dire que tu commets-là une profonde erreur.

Au dépôt des forçats, comme dans presque toutes les prisons d'ailleurs, à moins d'une autorisation spéciale délivrée par le ministre ou le préfet, les détenus ne peuvent voir et parler à leurs parents qu'à travers une grille..."

(Lettre d'Alexandre Jacob à sa mère, 1905)

Anarchiste, cambrioleur, bagnard... Trois mots pour résumer toute une vie (1879-1954). Cet homme qui inspira peut-être l'écrivain Maurice Leblanc pour son personnage d'Arsène Lupin, devint, après vingt cinq de prison et de bagne, un militant de la lutte anticarcérale.

Un an avant sa mort, il écrit "Les pratiques pénitentiaires ressemblent plutôt à une vieille barbarie qu'à la civilisation (...) Je crie : à bas les prisons, toutes les prisons..." (Lettre ouverte à Georges Arnaud, 1953)

En 2000, les éditions L'Insomniaque publient plusieurs volumes, extraits de ses écrits..

Pour aller plus loin :

L'atelier de création libertaire (2008) : Alexandre Jacob, l'honnête cambrioleur

Jean-Marc Delpech (2006) : Parcours et réseaux d'un Anarchiste

Marius Alexandre Jacob et les travailleurs de la nuit - un film d'Olivier Durie (2010)

*

*    *

 

Lire aussi :

 

Jean-Claude Vimont  : Les rebelles aux prises avec les normes juridiques et les pratiques judiciaires

 

Les rebelles sont omniprésents dans la revue, le blog, les expositions de Criminocorpus puisque la justice et ses coutumes, puis ses codes, a tenté de contenir et de châtier toutes les formes de rébellion, qu’elles soient individuelles ou collectives, pour préserver l’ordre politique, la société et les individus. Les gabelous voisinent avec Pierrot-le-Fou, les régicides avec la bande à Bonnot, les insurgés républicains avec les militants du FLN ou de l’OAS, les auteurs de crimes de droit commun comme ceux qui commirent des crimes « réputés » politiques.

 

L’histoire de la justice, du Droit et du crime, c’est l’histoire de ces associés rivaux, les porteurs d’une norme et ceux qui s’en affranchissent. Mais c’est aussi l’histoire de ceux qui bousculent ou tentent de bouleverser les normes tout en espérant mieux contenir les dysfonctionnements de la société.

 

Lire l'intégralité dans Criminocorpus (30/09/14)

 

*

*     *

 

Post publié le 30/08/13 mis à jour le 02/10/14

 

 

RETROUVEZ CET OUVRAGE ET BIEN D'AUTRES :

 

PAROLES DE TAULARDS

 

PARTAGER SUR FACEBOOK

Commenter cet article

microneedling 05/02/2014 12:24

Nice post. We appreciate you for the right to share this post worth your time!But do you really think conviction is that bad a thing??There should be some sort of conciliatory demeanor and currently nothing works as conviction does.

jmg 23/08/2013 15:37

Le peu que j'ai lu me donne envie de poursuivre.

À propos

brunodesbaumettes.overblog.com

“bruno13marseille@live.fr”

Rédigé par Bruno des Baumettes

Hébergé par Overblog