Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

brunodesbaumettes.overblog.com

journal d'un détenu au quartier des "Isolés" - Prison des Baumettes à Marseille

Publié par Bruno des Baumettes
Publié dans : #réinsertion

Entrée (et Sortie) de la prison de La Santé, XIVe arrondissement de Paris (SICHOV/SIPA)

 

*

*      *

 

Josina Godelet  : Ma sortie de prison: de l'ombre à la lumière

(Extrait)

 

"...Me voila seule dans la rue stupide avec mes gros sacs poubelles, l'un est particulièrement précieux car il contient mes écrits sur mon séjour en détention, les gens de la rue me donnent l'impression de deviner ma provenance.

"Malgré ma robe neuve, la douche du matin a-t-elle chassé l'odeur caractéristique de la cellule ?

"L'impression doit être dans ma tête pas dans la rue.

"Mon mari m'attend un peu plus loin, et là, ce sont les embrassades, trop heureuse d'être libre et ensemble !

"On roule jusqu'à la maison le cœur léger. Chez moi c'est l'euphorie, mes enfants ignoraient ma sortie ce jour et pleurent de joie, même ma sœur est là avec son bébé né pendant ma détention..."

 

Lire l'intégralité : Huffpost (07/04/15)

 

Lire aussi : Josina Godelet (2013) : Journal de bord d'une détenue

 

*

*      *

 

Langue de Chat (2014) : Libérable

(Cliquez pour écouter)

 

"En France, le taux de récidive des mineurs est de 85 %, selon l'OIP..."

 

*

*      *

 

Philippe Loustalet, 55 ans, est aujourd'hui un autre homme qui veut regarder l'avenir. /DDM, Nathalie Saint-Affre

 

Il raconte sa vie après 30 ans de prison

 

Après avoir été incarcéré durant trente ans dans différentes maisons d'arrêt, Philippe Loustalet, 55 ans, a retrouvé la liberté en 2013. Une sensation parfois difficile à gérer.

La dureté de l'enfermement, la solitude, la peur, l'angoisse, les suicides (environ 150 par an) sans parler des passages à l'acte, Philippe en parle peu. Il dit seulement : « Au bout d'un certain temps, je n'en pouvais plus. J'avais envie d'une vie normale. J'ai tenu grâce au sport, au travail et à ma famille ». En sortant, il savait que rien n'allait être simple après ces trente ans éloignés de la vraie vie, de la société qui a beaucoup évolué : « La TV heureusement nous tient informés. Mais rien n'est vraiment concret pour nous ».

Quand en avril 2013, le grand jour arrive, Philippe se sent prêt : « Ma famille était là. Mais c'était tout de même dur ». Fort dans sa tête, Philippe est tout de même très angoissé : « Au début, je ne pouvais prendre ni métro,ni bus. J'étais paranoïaque. J'avais l'impression que tout le monde lisait mon passé sur mon visage ». Peu de temps après, il trouve du travail comme cariste grâce aux Restos du cœur. « En contrat aidé, j'ai fini le 31 décembre 2014. Je me suis immédiatement inscrit dans une agence d'intérim. Je ne veux pas connaître de vide ». Philippe a soif d'avancer.

 

Lire l'intégralité de l'article : La Dépêche (19/01/15)

 

*

*     *

 

Berth : C'est facile de se moquer

 

Prisons : la réinsertion, une arme contre la récidive

 

Marie-Hélène Daudé conseille plus de 50 détenus, dont Djamel. (Photo MICHAEL ESDOURRUBAILH)

 

La planète sous les semelles, un jeune homme court après une colombe. Il fallait bien, au cœur de l’écrasante prison de Béziers, des fresques de street art pour traduire la soif de liberté des 984 personnes écrouées. Au “socio”, surnom d’une aile où les détenus s’évadent - un peu - à coups de musique, d’informatique..., en survêtement noir, Djamel raconte son long chemin vers la sortie en 2015....

 

Lire la suite : Midi Libre (24/04/14)

 

Lire aussi : Ban public (04/11/07) : Sort-on jamais de prison ?

 

*

*     *

 

Béziers : l’emploi comme porte de sortie à la prison

 

Un salon de l'emploi s'est tenu au centre pénitencier du Gasquinoy, le 13/10/14, à Béziers (Hérault)...

"J'ai surtout peur de ne pas trouver du travail !" Après 11 ans de prison, le détenu entrevoit bientôt la fin de sa peine. À 33 ans, Antoine (nom d'emprunt), a encore 30 mois de détention à purger. Comme 80 autres détenus, il participait au forum des métiers organisé à la prison de Béziers. (Lire la suite : Le Midi Libre - 13/10/14)

 

Note personnelle : Peur de ne pas trouver du travail ? Tu parles...

 

*

*     *

 

 

Dans deux jours, Alain quitte sa cellule. Adieu barreaux et surveillants

 

Alain n’est pas venu seul, il a emmené sa trouille avec lui. Une grosse pétoche bien bleue, lisible dans son regard. Plus que deux jours avant sa libération conditionnelle. Jeudi, il attendra son tour pour sortir de La Santé, comme chaque matin de la semaine. Mais il n’y retournera plus. La levée d’écrou est prévue à 9 heures. Les gardiens lui signeront un billet de sortie...

Lire la suite : Le Nouvel Obs (15/04/14)

 

Lire aussi : Rue 89 (30/04/014) : Alain n’est pas là. Il est retombé dans une embrouille ?

 

Et après ?

 

 

Blog du taulard : Rétif à l'insertion donc ?

 

"Comme on refuse l’intégration aux Roms, on te dit que le taulard est plus que rétif à l’insertion dans la communauté, que c’est lui qui refuse les normes dominantes, qu’il est l’exception sociale, bref un fouteur de merde dangereux et d’ailleurs, rajoute-t-on, c’est bien lui qui s’exclut tout seul par son comportement. En conséquence, on a bien raison de l’enfermer. Le taulard est renvoyé à l’altérité radicale qui justifie la fermeté du pouvoir, et le disculpe d’une réinsertion qui n’existe pas et est, en vérité, un concept creux.

"On nomme cet arbre : le rebut de l’humanité..."

 

Lire l'intégralité du témoignage : Rue89Lyon (24/09/14) : 

Blog du taulard : et l’insertion du prisonnier ?

 

Alastair Magnaldo : La clef

 

*

*    *

 

Post publié le 15/10/14 mis à jour le 08/04/15

 

Commenter cet article

À propos

brunodesbaumettes.overblog.com

“bruno13marseille@live.fr”

Rédigé par Bruno des Baumettes

Hébergé par Overblog