Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

brunodesbaumettes.overblog.com

journal d'un détenu au quartier des "Isolés" - Prison des Baumettes à Marseille

Publié par Bruno des Baumettes
Publié dans : #baumettes, #Prison, #litterature, #écrivain, #taulard
René Fregni : Où se perdent les hommes (2000)

Déserteur, René Frégni a passé pour cela six mois en prison militaire.

Devenu auteur, il n'a pas oublié.

Il est repassé régulièrement derrière les grilles. Animant, en particulier, des ateliers d’écriture à la prison des Baumettes à Marseille.

Il est l’auteur d’une douzaine de romans, imprégnés de ses voyages et de son expérience auprès des détenus.

Lire son interview sur 'Le matricule des anges'

Résumé du livre (Gallimard, 2000) :

"Ralph anime un atelier d'écriture dans une prison de Marseille. Un jour il voit arriver un détenu étrange, Bove, condamné à dix-huit ans de réclusion pour le meurtre de sa femme.

"Cet homme, toute la prison en parle sans l'avoir jamais vu. Depuis trois ans qu'il est enfermé, c'est la première fois qu'il franchit le seuil de sa cellule.


"Ralph découvre que ce prisonnier vit dans huit mètres carrés avec le fantôme de sa femme Mathilde qu'il peint inlassablement sur les murs de son cachot.


"Dès lors la personnalité de Bove l'obsède et, lorsque celui-ci tente de se suicider, Ralph n'a plus qu'une idée: le faire évader..."

Commenter cet article

obat kutil kelamin Ampuh 21/09/2015 08:36

I read few articles on this site and I think that your web blog is real interesting and Power to the People of excellent information.
Keep up the excellent work

seo service 21/01/2014 11:15

I know Rene has gone through a lot of pain and his stint at the jail will be a defining point in his life. I am curious to know what he has to say and it will be an insightful aspect as well.

alain h 15/08/2013 12:14

J’en ai assez d’entendre a la radio comme dans les medias, des gens plaindre le sort des prisonniers. J’entends très peu d’O I P des victimes, que je dénommerai O I V observatoire internationale des victimes
Extrait du blog de mon ami B
René Fregni son livre « ou se perdent les hommes » plaint un détenu qui passe 18 ans de sa vie en prison, rongé de regret il dessine sa femme dans tout les murs des huit mètre carré de ca cellule. Sa femme est morte à vie… Ce n’est pas en la dessinant qu’elle ressuscitera. Alors les obsessions du tueur ne sont que péripétie. Pour les proches de la victime eux, ils sont condamné à souffrir à vie jusqu'à leur mort, de la perte de l’être cher. Alors 18 piges c’est cadeau pour un ou plusieurs morts.
Les prisonniers vont devoir choisir entre la culture et la télé. Mais s’il serait en liberté, ils pourraient avoir les deux. Par contre s’ils seraient dans certain pays africain, dictature ou même en Chine, ils n’auraient rien du tout, ils ne seraient même pas sur, de ne pas être occis avant la tombés de la nuit. Alors la question télé ou culture me parait dérisoire.
L’O I P, ils nous appellent aux témoignages des détenus. Pourquoi cette organisation de fait pas appel aux témoignages des victimes ou de leu parents.
J’en ai marre d’entendre et de s’étendre sur le sort des embastillés. Comme j’en ai fait mon credo dans ce blog : JE VEUX QUE NOUS PENSIONS AUX VICTIMES ET A LEURS FAMILLES.
Par contre je ne veux pas de prison poubelle. Je souhaite une prison plus juste. La peine de mort une connerie. Il faut que cette institution soit plus sévère pour les crimes et délits prouvés. Actuellement pour les pensionnaires de ces établissements, ce n’est qu’un point de passage pour préparer leurs méfaits une fois sorti. Ils ont la télé, les téléphones portables rentrent en veut tu en voilà, car il n’y a pas de simple brouilleur. Alors ils traitent leurs affaires depuis leur bureau cellule 426. J’essaie de démontrer que la douceur de nos prisons française pour le fautif n’est pas dissuadant. L’autre jour j’ai eu un accrochage à 120 km/h. Cela m’a fait très peur, comme je ne veux plus avoir peur, je roule prudemment. Cela m’a servi de leçon. Il faudrait que la prison leurs fassent peur pour éviter qu’ils ne reviennent.
Je voudrais que toutes les personnes qui plaignent les détenus lisent leur dossier pénal en pensant que c’est à eux qu’ils ont fait cela. Je ne suis pas vraiment sur qu’en lisant que le mec qui est devant lui a violé son enfant et ensuite la dépecé comme un simple morceau de barbaque, il le défende avec autant rage. Le mec devant lui a fait de sa maison un champ de bataille pour rien lui prendre, je ne suis pas sur qu’il va plaindre ces conditions de détention.
Cela pour dire qu’il faut se battre pour de meilleures conditions de détention, mais être vigilant. Comme je le répète souvent, c’est un club pour les délinquants et un camp de concentration pour les innocents. Le gros problème et d’être sur que la personne soit coupable pour lui appliquer une prison dure. Pour les autres cela devient un Outrau. Il faut que la peine soit dissuasive et non écourté. Cela doit être comme la bombe atomique, l’avoir en état de marche pour éviter de s’en servir.
Il faut aussi se poser la question : pourquoi 70000 détenus pour 50000 places. La réponse, il y a de plus en plus de délinquance. Pourquoi. Parce que les prisons ne sont pas assez dissuasives.
Lorsque j’étais petit la phrase « si tu n’est pas sage tu vas aller en prison » nous faisait peur. Plus maintenant. Donc il est normal d’avoir des prisons surchargées. Là se pose la question essentielle sur laquelle tous les gouvernements successifs échouent. Comment faire pour éviter cet afflux de détenus. Comment éviter de froisser l’OIP, les droits de l’homme, la cour européenne, amnistie international, les journaux à ragot, les voyous qui se plaignent de leur condition de détention, mais oublient les conditions dont ils ont torturés les victimes. C’est aux voyous que profite cette affaire. La preuve que nous ne faisons pas une justice équitable. Dans le milieu tu te loupes c’est une bastos dans le citron. J’ai même connu de détenus qui avaient peur de sortir de prison car ils savaient le sort qui les attendaient et il ne se trompait à peine sorti ils avaient droit à leur 4 grammes de plomb dans le crane.
Alors au lieu de gémir sur le sort des détenus, il faudrait avoir une réflexion sur ce que doit être la mise à l’écart des délinquants et criminels et la façon de les dissuader de recommencer voir de pouvoir ce réinsérer. J’attends de ceux qui me lisent donnent leurs avis. Pas, leur avis d’un coin de bistrot car ces avis sont aussi imbibées que ceux qui boivent.

À propos

brunodesbaumettes.overblog.com

“bruno13marseille@live.fr”

Rédigé par Bruno des Baumettes

Hébergé par Overblog