Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

brunodesbaumettes.overblog.com

journal d'un détenu au quartier des "Isolés" - Prison des Baumettes à Marseille

Publié par Bruno des Baumettes
Publié dans : #mutinerie, #histoire

« Ce n'est pas joli de couper les arbres ! »

 

Mutinerie à la centrale de Saint-Maur (Indre), le 13 novembre 1987. ( AFP )

 

       

La Prison de Saint-Maur (36) est conçue dans les années 80 comme le modèle des nouvelles centrales. Une « prison dorée » ?  Elle sert en fait de laboratoire à l’Administration Pénitentiaire. Dans cette prison, plus de 400 prisonniers dont une centaine condamnés à perpétuité.

Un groupe de taulards propose de pour mettre en place le socio : un espace ouvert en permanence aux condamnés.

Ils y organisent des cours pour permettre de passer des examens, ils s’occupent des programmes TV de la semaine et ils montent un journal, Le Grouillot. Des concerts et des conférences - où les prisonniers déterminent qui intervient - sont organisés...

                 (Libération du 14/11/87)

C'en est trop. Le socio est finalement considéré par la direction comme subversif. Peu à peu les conférences sont supprimées, le journal est stoppé.

 

Un climat délétère

Le 12 janvier 1987, une trentaine de prisonniers refusent de regagner leur cellule. Le ras-le-bol est général.

Daniel Koehl déclarera sur cette période : « J’y suis arrivé (à Saint-Maur) au début 82 avec un transfert de Fresnes où avaient été regroupés les sortants de QHS, QSR, QPGS. Beaucoup de détenus de Saint-Maur y avaient passé des mois pour certains, des années pour d’autres. On était arrivé au mouroir et, après les quartiers, je découvre la longévité des peines. Plus tu avances dans ta peine, plus les échéances d’un quelconque espoir de sortie reculent...»

Tout au long de l'année les incidents se multiplient. Les remises de peine sont effacées. Le climat est délétère.

 

 

Les 12 et 13 novembre 87, la mutinerie éclate

 

Le 10 novembre, trois hommes s'évadent dans un camion-poubelle.

Le lendemain, 11 novembre, un détenu monte dans un arbre pour une sombre histoire de cantine. Le Directeur fait couper l'arbre.

Les 12 et 13 novembre, la mutinerie éclate.

Elle s'accompagne d'une prise d'otage. 400 des 440 détenus retinrent 12 personnes : le directeur de la prison, 9 surveillants et deux enseignants.

 

Les mutins se rendent après une nuit d'émeute


À la suite de cet évènement, qui fit six blessés et plusieurs dizaines de millions de francs de dégâts, cent cinquante détenus furent transférés vers d'autres établissements pénitenciers. Quelques semaines plus tard, certains d'entre eux menèrent une seconde prise d'otage à la maison d'arrêt de Besançon...

 

Sur un des murs, seulement resta écrit ce grafitti : « Ce n'est pas joli de couper les arbres ! » 

 

Sources :

L'envolée n°7  : Saint Maur, chronique d'une émeute

La Nouvelle République (20/08/13) : La mutinerie de la centrale de Saint-Maur en 1987

Daniel Koehl (2002) : Révolte à perpétuité

 

RETROUVER CETTE MUTINERIE

ET BIEN D'AUTRES DANS :

PRISONS MUTINES

 

 

À propos

brunodesbaumettes.overblog.com

“bruno13marseille@live.fr”

Rédigé par Bruno des Baumettes

Hébergé par Overblog