Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

brunodesbaumettes.overblog.com

journal d'un détenu au quartier des "Isolés" - Prison des Baumettes à Marseille

Publié par Bruno des Baumettes

 

Martin Scorsese (1990) Les affranchis : La scène de la prison

 

Sauce tomate à la viande – Recette de Maman Scorsese

 

Dans une marmite faite dorer l’oignon épluché et ciselé dans l’huile d’olive (si vous avez pu en cantiner ou alors de l'huile normale) pendant 5 minutes en remuant de temps en temps.

Dans un mixeur, mélanger les tomates et la sauce tomate au naturel. Si vous ne disposez pas de mixeur (ce qui en prison est souvent le cas), vous devrez faire ça à la main : découper les tomates en tout petits quartiers... et faites attention : ça tache...

 

Lire la recette complète : Ciné Gourmand : Sauce tomate à la viande

 

Recette d'après le livre :  90 recettes italo-américaines : À table avec la mafia, de Philippe Di Folco et Claire Dixsaut (2009) 

 

*

*      *

 

 

Trafic de persil, réchaud bricolé : Quand les Taulards cuisinent en cellule

Enquête sur les cordons bleus des prisons

 

En prison, la cantine, ça craint. Alors les détenus mitonnent des petits plats dans leur cellule avec les moyens du bord. Sur StreetPress, ils racontent comment faire un bon minestrone ou fabriquer son alcool entre 4 murs...

 

Lire la suite : Street Press (13/01/15)

 

*

*     *

Laurent Jacqua : Moulin "La Moulinette"

 

Le toto

L'art de la cuisine à l'eau

 

"Réglementairement, sur les bons de cantine qu'on nous distribue, le 'toto' porte le nom de thermoplongeur. Il s'agit d'un manche en plastique prolongé d'un fil électrique, au bout duquel s'enroule un tortillon métallique servant à chauffer l'eau. Un objet presque aussi simple que le fil à couper le beurre. En prison ça s'achète une vingtaine d'euros : l'eau chaude, aux Baumettes, c'est pas donné.
 


"Le problème, c'est que l'engin dure le temps de ne pas oublier de le débrancher. En effet, il n'y a dessus aucun interrupteur ni coupe-circuit et si/quand on oublie de le débrancher ça grille. Ça devient bleu (du moins, la partie métallique devient bleue) et ça grille. Et là, il faut en racheter un autre...

" Le 'toto', c'est bien pour chauffer un verre d'eau et pour se faire un café soluble, mais pour la grande cuisine, c'est pas idéal..."

 

A lire : Le journal de Bruno des Baumettes : Toto et Yoyo sont aux Baumettes

 

*

*    *

 

Le quotidien des détenus de la maison d’arrêt de Montluçon - photo Cécile Champagnat

 

Philippe Leclercq (1999) : Cuisine entre 4 murs

Excursion carcéro-gastronomique

 

Philippe Leclecrq est un grand poète, c'est aussi un fin connaisseur de la gastronomie carcérale. Ainsi a-t-il écrit le seul ouvrage francophone - à ma connaissance - sur l'art de cuisiner les restes en prison. Des recettes à ne pas manquer et qui devraient se trouvaient se trouver dans tous les (bons) guides du prisonnier...

 

Extrait : "J'arrivais du dépôt...

"Entrant ici, j’abandonnai toute espérance. Mais il suffit alors d’un geste ancestral, père de la civilisation, pour me réconforter : mes deux co-détenus de hasard - et à qui, “en transfert”, on avait laissé leur paquetage -allumèrent un feu. Deux bols renversés servant de support à un troisième empli d’eau, une boîte de conserve, un peu d’huile, une mèche faite d’un lambeau de drap, bientôt l’eau chante.

Fabrication d'une chauffe

"L’un d’eux, des profondeurs de son balluchon, amena la petite boîte ronde, marron, “conditionnement réservé aux collectivités”, que je n’avais plus vue depuis cinq ans. Dans un gobelet Duralex, une cuiller de Ricoré, un sucre, l’eau qui glougloute, le choc ténu de la cuiller : j’étais en prison...."

 

"Après la garde-à-vue et le dépôt, l’arrivée en prison est un soulagement teinté d’amertume. Par ce café offert, sans questions, sans apitoiement, fraternellement, ces deux-là avaient sucré ma désolation : merci, camarades..."

 

Un ouvrage à présent épuisé mais à retrouver sur : Cuisine entre 4 murs

 

*

*    *

 

Les chauffes décrites par JiPi Benrad

 

"On nous distribuait les repas vers 11 heures 45 et le soir vers 17 heures 15. Suivant l'ordre de distribution, la bouffe était tiède, et parfois chaude quand on avait la chance d'être servi les premiers. Sinon, comme d'habitude, nous avions recours aux bonnes vieilles méthodes : la 'chauffe'. Une chauffe fabriquée à partir d'un bout de serpillière ou d'un drap déchiré qui nous servait de mèche..."

 

A lire : JiPi Benrad : 20 ans dans les prisons de France

 

*

*     *

 

Cuisiner en cellule nuit gravement à la santé des détenus

Faire cuire du riz, réchauffer un plat ou encore se préparer un café : une activité qui peut s’avérer risquée lorsqu’elle est pratiquée en détention. Dans nombre de prisons françaises, les détenus n’ont en effet guère le choix... Lire la suite : Rue89 (20/06/12)

 

 

 

Chauffe électrique avec résistance (Prison de de Santa Martha Acatitla Mexique)

 
 

 

CANTINER

Faire ses courses en prison

 

Le réflexe du détenu aguerri, c’est de faire des stocks

"Stock de tous les essentiels, au cas où ce qu’il a commandé à la cantine (magasin d’achat de la prison), et payé, n’est pas livré pour X raisons. (...) Stocker donc, d’une manière ou d’une autre, autorisée ou non, pour garantir un minimum vital..."

Lire l'article complet : Rue89 Lyon : Le Blog du Taulard 

 

A lire : Rue89 Lyon : Prix de la cantine en prison : des « Fouquet’s carcéraux » ?

 

bon de cantine

*

*     *

 

Deliège : Bobo - Nouvelle cuisine

 

*

*      *

Gastronomie Carcérale

Les leçons d'un Chef

 

FranceTV Info (21/10/13) : Les cours en prison du chef étoilé Thierry Marx

 

Une fois par mois, le chef étoilé Thierry Marx anime un atelier de cuisine pour des détenus de la maison centrale de Poissy (Yvelines). Cela fait dix ans qu'il enseigne ainsi les arts de la table derrière les barreaux... 

 

*

*     *

 

 

En prison, derrière les fourneaux

 

L’expérience est inédite. Pour la première fois, le CFA de Livron-sur-Drôme a organisé une formation “cuisine” dans une prison. Au total, cinq détenus ont suivi une session à Privas. Concluante, cette « aventure » va se poursuivre.

Une lourde porte bleue s’ouvre. Derrière une vitre protégée, on nous demande de laisser toutes nos affaires personnelles dans un casier. Après être passé sous un portique de sécurité, il faut franchir au moins cinq grilles, fermées à double tour, pour arriver à la cuisine de la maison d’arrêt de Privas. Derrière les fourneaux, un détenu. Il fait cuire des légumes surgelés. Comme quatre autres personnes, qui purgent une peine, il vient de suivre une formation de six mois, assurée par le centre de formation des apprentis de Livron.

Lire la suite : Le Dauphiné (15/12/14)

 

*

*     *

 

 

Biscuits "Zonzon" : de la pâtisserie made in prison pour faciliter la réinsertion des détenus français

 

PRISON - Et si les détenus Français réalisaient des biscuits pour faciliter leur réinsertion? En pleine réforme pénale, deux entreprises proposent de mettre en oeuvre leur projet de biscuits "zonzon" (prison en argot), afin de permettre aux prisonniers d'obtenir, à terme, un CAP pâtisserie... Lire la suite : Huffington Post (10/06/14)

 

*

*     *

 

Post publié le 23/02/14 mis à jour le 15/01/15

Commenter cet article

À propos

brunodesbaumettes.overblog.com

“bruno13marseille@live.fr”

Rédigé par Bruno des Baumettes

Hébergé par Overblog