Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

brunodesbaumettes.overblog.com

journal d'un détenu au quartier des "Isolés" - Prison des Baumettes à Marseille

Publié par Bruno des Baumettes
Publié dans : #bagne

Aux bagnes, les condamnés de droits communs, les "Forçats", étaient les plus nombreux, les plus maltraités et condamnés aux travaux forcés. Pourtant, ce sont eux qui ont laissé le moins de témoignages, comparés aux écrits rappportés par les 'déportés politiques'...

 

 Voici quelques uns de leurs récits...

 

 

 

Les Véritables mémoires de Vidocq (1775 - 1857)

"Vidocq, un personnage hors du commun ! Tour à tour boulanger, colporteur, marin, contrebandier, officier instructeur, panseur de chevaux, hussard, maître d'armes, forçat puis chef de police de Sûreté et pour finir, industriel, inventeur et écrivain ! Ses exploits inspirèrent nombre d'auteurs tels Balzac, Charles Nodier, Eugène Sue et Alexandre Dumas. Mais il est un autre écrivain qui a fait, à sa manière, une part énorme à Vidocq, dans son oeuvre : Victor Hugo dans "Les Misérables", à travers le personnage de Jean Valjean..."

Lire l'intégralité de ses mémoires : fvidocq.free 

 

*

*      *

 

Paul Roussenq (1957) : L'enfer du bagne

"Je finirai dans un requin mais je veux revoir le soleil. "​

Publié une première fois en 1957, ce bref témoignage décrit chaque aspect du système pénitentiaire propre à "Biribi". Il est rédigé d'une plume sensible, qui conjugue la précision du document et l'intensité de la révolte.

Roussenq y évoque non seulement l'horreur carcérale, le sadisme des gardes-chiourmes et le triomphe des mouchards, mais aussi les rares espaces de complicité entre forçats...

Pour en savoir plus : Les embuscades d'Alcapone

 

 

*

*     *

 

Raymond Vaudé (1977) : Passeport pour le bagne

Raymond Vaudé est  condamné par les assises de la Seine le 27 janvier 1933. Il part en Guyane, sous le matricule 52.306 par le convoi de 1935, sur le La Martinière. Il accomplit sa peine intégralement, mais ne supporte pas la condition de "libéré astreint à résidence" avec son corollaire de misère et de dégradation morale (il aurait dû demeurer cinq ans de plus en Guyane, à supposer qu'il eut de quoi payer son retour). 

Il s'évade et revient en France et s'engage courageusement dans la Résistance, ce qui lui vaut une réhabilitation solennelle, qui efface sa peine passée.

 

Pour en savoir plus : Le Bagne de Guyane (11/04/13) Raymond Vaudé... Le Français libre réhabilité.

 

*

*      *

 

Lire aussi : Cayenne c'est fini (7) Les hommes qui s'évadèrent...

 

 

*

*      *

 

VISITER LA PAGE :

CHRONIQUES DU BAGNE

La mère des prisons

Commenter cet article

À propos

brunodesbaumettes.overblog.com

“bruno13marseille@live.fr”

Rédigé par Bruno des Baumettes

Hébergé par Overblog