Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

brunodesbaumettes.overblog.com

journal d'un détenu au quartier des "Isolés" - Prison des Baumettes à Marseille

Publié par Bruno des Baumettes
Publié dans : #bagne, #guyane, #évasion, #histoire

 

"Dans ce lieu, on est plus effrayé par le châtiment que par le crime" Albert Londres

 

Beaucoup tentèrent de fuir cet Enfer, peu réussirent... Voici le récit de quatre d'entre eux...
 

'Papillon' - l'évadé fantôme de l'Ile du Diable

Parmi les évadés du bagne immanquablement c'est bien à Papillon que l'on pense en premier. Henri Charrière, dit 'Papillon', grand aventurier ou mythomane ? le récit de son évasion du Bagne deviendra légendaire... 

(L'île du Diable)

Le film "Papillon" contribuera peut-être plus que le récit lui-même à cette légende.

 

Voir : Henri Charrière dit 'Papillon'

 

Franklin J. Schaffner (1973) : Papillon - Cliquez pour voir le film

 

Autre film : Benoît Cornuau (2008) Cayenne-Hollywood

 

Charles Brunier, le vrai 'Papillon' ? 

Charles Brunier est plus sûrement le vrai héros de l'évasion de l'Ile du Diable dont il s'évadera à plusieurs reprises.

Après sa troisième tentative, ramené à l'Île du Diable, il y rencontre Henri Charrière, dit 'Papillon' avec qui il tentera une nouvelle évasion en 1936.

(Francis Lagrange : L'évasion)                    

 

René Belbenoît (1938) : La guillotine sèche

C’est en 1938 aux Etats-Unis que paraît le récit de René Belbenoît, sous le titre : Dry Guillotine, qui se vend à plus d'un million d’exemplaires.

Après un périple de presque deux ans, Belbenoît a atteint les Etats-Unis : deux ans de clandestinité, à progresser, kilomètre par kilomètre, dans une jungle hostile ou sur une mer démontée, échappant aux Indiens méfiants, aux policiers, aux contrebandiers, à la faim, à la maladie, au découragement. Avec toujours, sous le bras, ce lourd paquet de feuilles, emballé dans une toile cirée, renfermant son témoignage sur les quatorze longues années passées dans l’enfer du bagne de Guyane.

(Lire la suite : Guillotine sèche, de René Belbenoit)

 

 

Eugène Dieudonné : L'homme qui s'évada

'L' Homme qui s'évada', écrit par Albert Londres (1928), raconte sa rencontre avec le condamné Dieudonné, complice supposé des anarchistes de la bande à Bonnot décimée en 1912.

Ses compagnons d'infortune, mais aussi ses gardiens et le directeur de l'établissement le tenaient pour innocent. Et quand, trois ans après, il réussit à s'évader et à gagner le Brésil d'où il demanda la révision de son procès, Albert Londres refit la traversée pour lui prêter main-forte.

Le livre a été adapté en BD par Laurent Maffre

 

 

 (Francis Lagrange : Evadés repris)

 

Sur les traces de Pierre Bougrat

 

Le médecin marseillais Pierre Bougrat fut condamné aux travaux forcés à perpétuité en 1927. Un an plus tard, il s'évadait de Saint Laurent, en compagnie de 7 forçats dont Guillaume Seznec. Après un périple mémorable sur une mer démontée, leur embarcation accosta au Venezuela. C'est là, sur l'Ile de Margarita, qu'il vécu 32 ans et exerça son métier, soignant souvent les gens gratuitement. Aujourd'hui encore sa tombe est fleurie...

 


France 5 (2011) Sur la route des évadés du bagne

 

En savoir plus : Le bagne de Guyane : Figure du bagne : Pierre Bougrat

 

*

*    *

 

Lire aussi : Criminocorpus (13/11/14) : Les évasions de relégués au bagne de Guyane

 

*

*      *

 

VISITER LA PAGE :

CHRONIQUES DU BAGNE

La mère des prisons

PARTAGER SUR FACEBOOK  

Commenter cet article

azer rayhana 30/04/2016 19:55

en 1900 un crime a était commis à Ighil n'Zekri dans une des trois anex d'azzefoune en région de la kabyle en Algérie. pour venger la mort d'un cousin le meurtre était commandité par le dénommée ahmed ath yahya qui paya un mercenaire qui exécute le dénommé Ouçalan. ahmed a était déporté par les autorités Françaises à Cayenne pour un aller sans retour. se que sa fille racontait de la tragique cavale de son père était présque identique à se que la papillon raconte sauf que l'histoire d'AHMED ATH YAHYA retrouve les siens 16 ans plus tard il meurt deux ans après en 1918 dans son village natale en kabylie.

À propos

brunodesbaumettes.overblog.com

“bruno13marseille@live.fr”

Rédigé par Bruno des Baumettes

Hébergé par Overblog