Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

brunodesbaumettes.overblog.com

journal d'un détenu au quartier des "Isolés" - Prison des Baumettes à Marseille

Publié par Bruno des Baumettes
Publié dans : #histoire

Ruine de l'ancien pénitencier agricole de Chiavari

 

La Corse est une île, entre le ciel et l'eau, à mi-chemin entre la Métropole et l'Outremer...

 

C'est peut-être pour cela que la Corse a bénéficié dès le XIX° siècle d'un régime particulier où les prisons étaient des bagnes - pardon : des "colonies agricoles" et les bagnes des prisons.

 

« L'amélioration des condamnés, l'assainissement du pays, la mise en valeur d'un sol mouvementé et inculte, tel est le but des établissements créés par le gouvernement de l'Empereur sur des points opposés de la Corse, dans des contrées différentes par l'exposition et la nature du terrain... » 

Source : Paul-Roger Gontard (2008)

 

 

Si le terme de bagne est impropre, la notion de colonisation, destinée à mettre en culture des terres en friche est, elle, appropriée. Il ne fait guère de doute qu'une volonté politique d'une meilleure intégration de la Corse au Continent a présidé à la création des colonies agricoles de Coti-Chiavari, Castelluccio et Casabianda.

(Pénitencier de Castelluccio - cliquez pour agrandir)

S'il ne reste rien ou presque des deux premières, la troisième, Casabianda, est toujours en service. Elle représente l'exemple 'français' d'une prison 'verte', où les murs d'enceinte sont invisibles et où le travail agricole reste de mise.

 

Lire aussi : Nanegrub : Le bagne de St Antoine à Castelluccio

 

*

*     *

 

Pour beaucoup de Corses, la "déportation" sur le continent représentaient une peine supplémentaire : celle de l'exil... Une histoire, sur ce point, toujours d'actualité.

 

Jacque Denis (2010) : Forçats corses

Déportation au bagne de Toulon 1748-1873

Entre 1748 et 1873, plus de 940 forçats corses ont purgé leur peine au bagne de Toulon. Peines de droit commun autant qu'actes politiques, les déportations sont aussi liées à l'histoire de la Corse et à l'annexion du territoire par la France.

Qui étaient ces hommes et quelle était leur vie ? Pour quel motif ont-ils été condamnés ? Quelles ont été leurs conditions de détention ?

Pour en savoir plus : Forçats corses

 

*

*     *

 

René Santoni (2008) : La colonie horticole de Saint-Antoine

 

Le bagne pour enfants d'Ajaccio sous le second Empire

Pour les insubordonnés des colonies agricoles, et pour les enfants de moins de 16 ans condamnés à  des peines de plus de 2 ans, l’Etat avait mis en place une structure répressive, dénommée La Colonie Correctionnelle de Saint-Antoine », près d'Ajaccio qui fonctionna pendant 11 ans, de janvier 1855 à juin 1866.

A présent il n'en reste que des ruines...

 

Lire aussi : Patrimoine carcéral : Tiphaine Bacquet (13/10/13) : La colonie horticole de Saint-Antoine et le pénitencier de Castellucio 

 

       

A gauche : F. Bertocchini & E. Rückstühl (2011) : Le bagne de la honte

A Droite : Décharge à ciel ouvert au pied des murs de Saint Antoine

 

*

*      *

 

Henry Allainmat (2013) : Le bagne de la légion

À quelques kilomètres de Corte, la Légion étrangère a installé sa "Section d'épreuve". Celle-ci est réservée aux légionnaires coupables de fautes graves  : désertion, vol d'armes, injures à officiers, et d'une manière plus générale, aux récalcitrants, à ceux qui, malgré l'impossibilité de rompre leur engagement, ne peuvent plus supporter la discipline de ce corps. Une trentaine de détenus peuplent ce camp très particulier. Certains meurent, d'autres deviennent fous. 

Pour en savoir plus  : Henry Allainmatt (1977) : L'épreuve

 

 

 

*

*    *

 

Lire la suite : Corse (2) : Prisons d'aujourd'hui

*

*      *

 

VISITER LA PAGE :

CHRONIQUES DU BAGNE

La mère des prisons

Commenter cet article

À propos

brunodesbaumettes.overblog.com

“bruno13marseille@live.fr”

Rédigé par Bruno des Baumettes

Hébergé par Overblog