Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

brunodesbaumettes.overblog.com

journal d'un détenu au quartier des "Isolés" - Prison des Baumettes à Marseille

Publié par Bruno des Baumettes
Publié dans : #histoire

Après l'épisode sanglant de la Commune, c'est prioritairement en Guyane que la République envoya ses condamnés pour raison d'Etat (Lire : Les déportés politiques). Parmi eux, de nombreux Anarchistes, plus ou moins coupables, qu'on envoyait valser à Cayenne...

 

Alexandre Marius Jacob : L'honnête cambrioleur

« Le droit de vivre ne se mendie pas, il se prend... »

 

Alexandre Marius Jacob dit Marius Jacob fut un anarchiste illégaliste français. Cambrioleur ingénieux et doté d'un certain sens de l'humour, capable de générosité à l'égard de ses victimes, il fut, entre autres « illégaux » de la Belle Époque, l'un des modèles dont Maurice Leblanc s'inspira pour créer le personnage d'Arsène Lupin...

En 1902, il est condamné à perpétuité au bagne de Cayenne. Là, il tente de s'évader 17 fois avec une remarquable ingéniosité et, face à une administration pénitentiaire qui cherche à le détruire, il doit à son intelligence et à son énergie de rester incorruptible et inentamé sur le plan moral.

En revanche ses forces physiques sont gravement atteintes, les conditions d'internement aux îles du Salut étant dures. A la suite de la campagne d'Albert Londres, il rentre en métropole pour y purger le reste de sa peine...

 


Toute l'Histoire : L'anarchiste cambrioleur le vrai arsène lupin

 

Lire l'articleAlexandre Jacob - Je crie : à bas les prisons, toutes les prisons !

Pour en savoir (beaucoup) plus : Alexandre Jacob, l’honnête cambrioleur

 

*

*      *

 

Clément Duval (1850-1935)  : Moi, Clément Duval, bagnard et anarchiste

 

Envoyé au bagne en 1887, sur l'Ile du Salut, il y restera 14 ans, il tente plusieurs fois de s'en évader avant d'être transféré au bagne de Saint-Laurent-du-Maroni. Il parvient à s'en échapper le 14 avril 1901 et trouvera refuge dans la communauté anarchiste de New-York.

En savoir plus : Clément Duval

A lire  : Moi, Clément Duval, bagnard et anarchiste

 

*

*    *

 

Jacob Law (1926) : Dix-huit ans de bagne

Jacob Law est un Juif originaire de Transnistrie et une figure remarquable de l'anarchie : « Je sentais bien … que je n'étais pas né pour donner ma vie à un patron. Étant bien éduqué, et raisonnant avec moi-même, … je jurai de frapper sans hésitation celui qui oserait attenter à la liberté de mes frères les hommes...».

Jugé en 1907 pour attentat contre un militaire, il est condamné à quinze ans de travaux forcés et arrive à l'île Saint-Joseph, le 7 août 1908. Jacob Law sera libéré en 1924. Il sera par la suite expulsé et disparaîtra à jamais, sans laisser la moindre trace.


En savoir plus : Jacob Law : Dix-huit ans de bagne

 

 

*

*     *

 

Auguste 'Liard-Courtois' (1903) : Souvenirs du bagne

 

Auguste Courtois, 'honnête' fils d'ouvrier et militant de la cause anarchiste fut confondu par la Justice avec Louis Liard, anarchiste décédé quelque temps auparavant. Il ne protesta pas et choisit alors de se nommer à partir de ce moment-là 'Liard-Courtois'...   

Mal lui en prit : inculpé de faux en écritures publiques, il fut condamné par la cour d’assises de la Gironde en novembre 1987 à cinq ans de travaux forcés. Libéré en 1899 avec obligation de résider à Cayenne, il tenta de s’évader, mais fut repris.

En fin de compte, acquitté, il obtint sa grâce pour les cinq ans de relégation qui lui restaient à subir. En 1900, il rentrait en France.

 

En savoir plus : COURTOIS, Auguste « LIARD-COURTOIS »

 

*

*      *

 

Girier-Lorion (1869-1898) : Mort au bagne

« Vive l’anarchie »

 

En décembre 1890, la cour d’assises de Douai condamnait l'anarchiste Girier-Lorion à dix ans de travaux forcés et à la rélégation.

Au bagne de Guyane, il fut interné au Maroni et put à plusieurs reprises entrer en contact avec Clément Duval qui l’aida à surmonter de fortes fièvres et qui écrivit dans ses mémoires « aimer Girier comme un fils » et avec lequel il tenta à plusieurs reprises de s’évader. Condamné à mort à la suite d'une rébellion, il attendit pendant plusieurs mois, chaque matin, son exécution. Il y rédigeait son journal sous forme de lettres qui furent publiées dans Le libertaire...

 

Pour en savoir plus :

Dictionnaire des militants anarchistes (2007)

 

*

*     *

 

VISITEZ LA PAGE :

 

CHRONIQUES DU BAGNE

LA MERE DES PRISONS

Commenter cet article

À propos

brunodesbaumettes.overblog.com

“bruno13marseille@live.fr”

Rédigé par Bruno des Baumettes

Hébergé par Overblog