Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

brunodesbaumettes.overblog.com

journal d'un détenu au quartier des "Isolés" - Prison des Baumettes à Marseille

Publié par Bruno des Baumettes

Mineurs en attente de parloir à la Maison d'arrêt de Valence - Crédits photo Roland Quadrini

 

Il y a en ce début 2015 plus de 700 mineurs dans les prisons françaises. Une grande partie sont en détention provisoire en attente d'un jugement. 40 % des mesures prises par les juridictions pour mineurs sont répressives...

 

Violences en prison: « Il faut limiter la détention des mineurs...»

 

Pour la quatrième fois en près de six ans, le contrôleur général des lieux de privation et de liberté (CGLPL) a saisi en urgence les autorités pour les alerter sur la situation des mineurs de la maison d’arrêt de Villeneuve-Lès-Maguelone (Hérault), où des violences ont été constatées... Lire la suite : 20 Minutes (23/04/14)

 

Lire aussi : Libération (23/04/14) : «La violence des mineurs en prison n'est pas une fatalité», selon la Directrice de l'administration pénitentiaire, Isabelle Gorce... (?!!)

 

Si la violence pénitentiaire n'est pas une fatalité, c'est trop souvent le quotidien pour les plus jeunes détenu(e)s !

 

Erik Silance (2010) : Centre fermé

 

*

*     *

 

ACTUALITE - ACTUALITE - ACTUALITE - ACTUALITE

 

Réforme de la justice des mineurs : Christine Taubira s’impatiente


La ministre de la justice regrette que son projet qui prévoit notamment de supprimer les tribunaux correctionnels pour mineurs ne soit toujours pas mis à l’ordre du jour du gouvernement.

 

Elle menacerait, si ce n'est pas le cas, de démissionner, à voir ! 

 

Lire l'article complet : La Croix (21/06/15)

 

 

Et, pendant ce temps, d'autres aussi s'impatientent...

coincés derrière des barreaux !

 

 

 

Ouvrez des prisons, vous fermerez des écoles !

 

Sommaire : 

 

Détenu(e)s mineur(e)s à Marseille : 

Des Petites aux Grandes Baumettes, il suffit de sauter l'enceinte

 

Témoignage : Ecoutez :  Hafed - Ma première nuit en prison

Prisons pour mineurs : La violence entre les murs

Les Centres éducatifs fermés (CEF) : Des prisons sans le dire

Morts trop jeunes derrière des barreaux :  Suicides ou mises à mort ?

Les mineurs enfermés : Une histoire malheureuse

Aujourd'hui en France : L'enfermement des mineurs étrangers dans les Centres de Rétention Administrative

Ailleurs dans le monde : Si tous les enfants des prisons voulaient se donner la main

Littérature : Des enfants placés, déplacés, replacés...

 

TEMOIGNEZ - REAGISSEZ

 

********************************************************************************************************

 

Un jeune en "méditation" au Centre de détention pour mineurs de la Valentine

 

Détenu(e)s mineur(e)s à Marseille :

Des Petites aux Grandes Baumettes, il suffit de sauter l'enceinte

 

"En France, le taux de récidive des mineurs est de 85 %, selon l'OIP..."

 

Les "Petites Baumettes"

 

Jusqu'en 1957, les "Petites Baumettes" furent destinées à l'incarcération des femmes. Puis, ce fut à leur tour les détenus mineurs qui y furent emprisonnés. Les "Petites Baumettes", juxtent les autres bâtiments, seulement séparées par une enceinte intérieure, il n'y avait, pour ces jeunes, qu'un petit saut à faire pour passer du côté des Grandes Baumettes, parmi les adultes...

 

« José découvre les Baumettes en avril 1976. Il est logé aux Petites Baumettes (le quartier des mineurs), à quinze ou seize dans une grande chambre, un véritable taudis, avec la poussière qui te tombait dessus. Un gradé lui fait remarquer : Si tu n'es pas pied-noir, si tu n'es pas corse, tu feras partie des cons. On lui confie pendant trois semaines, les tâches les plus ingrates. Trimbaler cinq ou six chariots de cantine : « S'il manque quelque chose, c'est de ta poche ».  Sur les étage du bâtiment A, réservé aux prévenus, chaque surveillant avait à s'occuper de cent quatre-vingts détenus. La discipline était très militaire... » Extrait de Christian Carlier (1996) : Les surveillants au parloir

 

En 2007, les mineurs furent transférés hors des Petites Baumettes, qui, depuis, accueillent les détenus en semi-liberté...

 

*

*      *

 

Le centre de détention pour mineurs de la Valentine 

 

Le Centre de détention pour mineurs de la Valentine

 

L’établissement pénitentiaire pour mineurs (EPM) de Marseille a été mis en service en 2007. Il est conçu spécifiquement pour l’accueil de 60 jeunes détenus, âgés de 13 à 18 ans. Tout en intégrant les exigences de sécurité carcérale, il place l’éducation au cœur de la prise en charge des jeunes détenus avec un objectif : préparer leur sortie et leur réinsertion.

 

D’une surface de 5 400 m², l’EPM de Marseille s’étend sur un terrain de 3,36 hectares. Il dispose de 7 unités d’hébergement avec accès individuel (5 unités garçons, une réservée aux filles et une pour les nouveaux arrivants), d’un terrain et d'une salle de sports, d’un pôle socio-éducatif, d’un pôle santé, d’un pôle parloir et d’une cour d’honneur en zone hors détention.

 

Centre pour Mineurs de la Valentine (Marseille) : Atelier pizza

 

*

*      *

 

 

Marseille : Evasion à l'établissement pénitentiaire pour mineurs

 

L’échappée belle n’aura duré que quelques heures, mais elle pose questions. Trois jeunes de 17 ans de l’établissement pénitentiaire pour mineurs (EPM) de la Valentine (XIe), s’étaient enfuis en empilant des tables et des chaises pour franchir le mur de la cour de promenade, ont été interpellés non loin de là dans la soirée par des équipages de la sécurité publique.

 

Lire la suite : Métronews (11/05/14)

 

*

*     *

 

Charlotte Bienaimé (03/05/10) Retour sur… Des mineurs en prison

 

Une journée dans l’Etablissement Pénitentiaire pour Mineurs (EPM) de Marseille, inauguré en 2007. Rencontre avec les jeunes détenus, leurs éducateurs, et les surveillants.

 

 

Lire aussi : La Marseillaise (30/10/09) : Un bout d'adolescence laissé dans une prison

 

*****************************************************************************************************

 

TEMOIGNAGES

 

Hafed - Ma première nuit en prison

 

Ecoutez :  Hafed - Ma première nuit en prison

 

 

*

*     *

 

Anthony, délinquant depuis l’enfance : « La colère est toujours présente »

 

A 21 ans, Anthony est condamné à 8 ans de prison pour vols, braquages et association de malfaiteurs. Depuis son enfance, il commettait des petits délits, tout comme son frère plus âgé...

 

Lire la suite : Le Nouvel Obs/OIP/Passé par la case prison (29/04/14)

 

 

****************************************************************************************************

 

Prisons pour mineurs :

La violence entre les murs

 

Cédric de Bragança (1999) Graines de violence

 

*
*     *


Quand Taubira voulait s'attaquer à la justice des mineurs
 

La garde des Sceaux voulait supprimer les tribunaux correctionnels pour les mineurs de plus de 16 ans créés par Nicolas Sarkozy. C'est à croire que Christiane Taubira aime allumer des incendies. Après la réforme pénale, elle a tenté le coup de la réforme de la justice des mineurs...

Lire l'intégralité de l'article : Le Figaro (08/07/14)


Qu'on rassure tous les lecteurs du Figaro, quelques mois après (2015), cette réforme n'est plus à l'ordre du jour...

 

Lire : La Croix (21/06/15) : 

Réforme de la justice des mineurs : Christine Taubira s’impatiente

 

*

*     *

 

 

Mineurs détenus : la justice des enfants peine à résister au vent répressif

Dossier spécial dans la revue Dedans-Dehors de l'Observatoire International des Prisons

(avril 2015)

 

La justice des mineurs repose sur des principes que celle des majeurs gagnerait à intégrer : accompagnement éducatif personnalisé, de préférence en milieu ouvert, acceptant les échecs inhérents à un processus d’apprentissage…

 

Après dix ans de déconstruction sarkozyste, cette justice à part se trouve fragilisée. Une réforme annoncée par le gouvernement devait en restaurer les fondamentaux. Elle ne figure plus à l’ordre du jour.

 

Lire le dossier :

OIP : Dedans-Dehors n°87 (avril 2015)

 

Lire : Justice des mineurs : un droit spécifique (Le Monde 16/04/14)

 

Lire aussi : Criminocorpus (29/01/15) : 

L’ordonnance du 2 février 1945 relative à l’enfance délinquante

 

*

*     *

 

Une jeune fille attend son audition devant le juge des mineurs au Tribunal de Lilles - Crédit photo C. Lefebvre/Photo PQR/La Voix du Nord

 

Une adolescente de 14 ans enceinte placée en détention

« C’est la première fois qu’une mineure de moins de 16 ans est placée en détention à la maison d’arrêt d’Epinal »

 

Une adolescente de 14 ans enceinte de plusieurs mois, mise en examen pour enlèvement et séquestration ainsi que des violences, a été placée en détention provisoire mardi après-midi à Epinal, une mesure rarissime, a-t-on appris de sources concordantes.

Lors de sa mise en examen, l’adolescente avait initialement été placée sous un contrôle judicaire dont elle n’a pas respecté les obligations, conduisant un juge des libertés et de la détention à l’incarcérer...

 

Lire la suite : Libération (06/01/15)

 

La prison n'est sûrement pas la "solution" pour une ado de 14 ans, qui plus est enceinte... Il y a (j'espère) d'autres lieux d'accueil pour cette femme, ou, plutôt, cette enfant !

 

*

*      *

 

Le Contrôleur général des lieux de privation de liberté

 

Recommandations en urgence sur le quartier des mineurs de la maison d’arrêt de Villeneuve-Lès-Maguelone (Hérault)

 

Au Journal officiel du 23 avril 2014 et en application de la procédure d’urgence, le contrôleur général a publié des recommandations sur le fondement de l’urgence relatives au quartier des mineurs de la maison d’arrêt de Villeneuve-lès-Maguelone (Hérault).

 

Lire : CGLPL (23/04/14)
 

 

*

*      *

 

Mineurs en prison : les médecins trop passifs face aux violences

 

Selon le contrôleur  général des lieux de privation de liberté, les violences entre mineurs en prison sont très sérieuses et fréquentes. Malheureusement, les médecins ne les signalent pas toujours...

Lire la suite : Pourquoi docteur (24/04/14)

 

A lire aussi :

 

Libération (23/04/14) : Violences sur des enfants en prison : le cri d'alarme

France-Info (23/04/14) : Mineurs en prison : le contrôleur général dénonce les violences

 

*

*     *

 

Mineurs détenus à Meyzieu privés de leur promenade quotidienne à l’air libre

 

La plupart des jeunes détenus de l'Etablissement pénitentiaire pour mineurs de Meyzieu (Rhône-Alpes) ne peuvent pas bénéficier d'une heure de promenade quotidienne.

Alors qu'elle est reconnue comme un droit pour toute personne détenue, le règlement intérieur de l'EPM ne la prévoit que pour les mineurs n'ayant pas d'autre activité dans la journée.

 

Lire la suite : Observatoire International des Prisons (22/04/14)

 

Lire aussi : 

Brassicanigra (07/02/08) : Manifestation à Meyzieu contre les prisons pour mineurs

 

*

*     *

 

Mayotte - Maison d'arrêt de Majicavo  :

un rapport accablant sur les conditions de détention des mineurs

 

Surpopulation carcérale, vétusté des locaux, prise en charge éducative insuffisante, tentatives de suicide, viols présumés...  

Lire la suite : Imazpresse (15/05/14)

 

 

***********************************************************************************

 

Les Centres éducatifs fermés (CEF) :

Des prisons sans le dire

 

La vie dans un Centre Educatif Fermé (2012) Politis.fr

 

Au CEF de La Rouvelière, près du Mans, l'équipe éducative a six mois pour tenter de responsabiliser 12 mineurs multirécidivistes de 16 à 18, placés par le juge des enfants...

 

*

*      *

 

Un mineur placé en Centre éducatif fermé à Saint-Brice-sous-Forêt, près de Paris, afp.com/LOIC VENANCE

 

Centre éducatif fermé: une alternative à la prison à l'issue incertaine

 

"Ton comportement est suicidaire, tu fais tout pour qu'on t'enferme, ton avenir est entre tes mains, prends tes responsabilités !..."

 

CEF de Saint-Brice-sous-Forêt  - Assis sur la table de ping-pong qui trône devant le perron d'une maison bourgeoise transformée en Centre éducatif fermé (CEF), Sissoko, délinquant multirécidiviste de 16 ans, attend que le temps passe, le regard fixé au sol. Il vient d'être placé par la justice qui lui tend une dernière fois la main.

Bénéficiant d'une remise de peine, le jeune homme au double visage est arrivé il y a deux semaines au CEF de Saint-Brice-sous-Forêt, près de Paris, pour purger la fin de sa condamnation pour braquages. Pris par ses éducateurs fumant du cannabis, une bouteille d'alcool à la main, le mineur, père depuis peu, est rentré avec une nuit de retard de sa permission du week-end...

 

Lire l'intégralité de l'article : Style (19/06/15)

 

*

*      *

 

Angoulême: le centre éducatif fermé en échec

 

Ultime solution pour les adolescents avant la prison, le centre éducatif fermé d’Angoulême a été fermé pour un mois sur décision du préfet. Un rapport pointe de nombreux dysfonctionnements : «Non-respect des conditions techniques minimales d’organisation et de fonctionnement.» «Nombreux incidents s’étant déroulés au sein du centre éducatif fermé depuis son ouverture.» «Absence de projet fédérateur d’équipe.» «Absence de modules et de phasage dans la prise en charge éducative.»

 

Lire la suite : La Charente Libre (18/11/14)

 

****************************************************************************************************

 

 

MORTS TROP JEUNES DERRIERE DES BARREAUX :

Suicides ou mises à mort ?

 

Suicide de Julien, 16 ans, en prison : l’Etat condamné

 

Un long combat judiciaire… Le 2 février 2008, Julien, Montilien de 16 ans, avait été retrouvé pendu dans une cellule de l’Etablissement pénitentiaire pour mineurs (EPM) de Meyzieu (Rhône). Il y a six ans, c’était la première fois en France qu’un mineur mettait fin à ses jours dans ce gendre d’établissement. Le tribunal administratif de Lyon vient de condamner et de déclarer l’Etat responsable de la mort de Julien...

 

Lire la suite : Le Dauphiné (22/05/14)

 

Lire aussi : Le Dauphiné Libéré (21/02/15) : 

L'État reconnu responsable du suicide d'un détenu mineur

 

*

*     *

 

 

Le combat d'un père pour connaître la cause du décès de son fils

à la prison de Maubeuge

"Mon fils est mort en prison et je ne sais pas comment" Michel Drevet

 
"Mon fils Nicolas, pour des faits que je qualifierais de mineurs mais répétés est entré à la prison de Maubeuge Assevent le 1er juin 2013 pour y purger une peine qui devait être de 18 mois...
Le 12 juin 2013, la sous-directrice de la prison appelle ma femme pour lui annoncer de façon brutale que notre fils était décédé ce matin là...
"

 

Lire la suite :

 

Ma Vérité sur (30/10/14) - Cliquez sur l'image 

 

*****************************************************************************************************

 

Dessin d'un mineur incarcéré à la Prison de la Petite Roquette à Paris (début du XX° siècle)

 

Les mineurs enfermés

Une histoire malheureuse

 

Que dire d'autre : que la France, dans sa glorieuse Histoire a créé et entretenu des bagnes pour enfants, aux conditions d'enfermement parfois plus dures encore que ceux destinés aux adultes...

 

Paris : Les enfants de la Petite Roquette

Les Colonies pénitentiaires : Des bagnes sans le dire...

Le bagne pour enfants d'Ajaccio : La colonie horticole de Saint-Antoine

Mémoires de Mauvaises Graines  : « Quand les anciennes pensionnaires du Bon Pasteur témoignent »

Auguste le Breton (1998) : Les Hauts Murs

 

 

*

*     *

 

Les enfants de la Petite Roquette (Paris) 

 

Ma Cellule

Une pièce aux murs nus et dont l'aspect vous glace.

Un lit, une paillasse où l'on dort par besoin.

Comme distraction, des punaises en masse.

Un lavabo au mur, les W.C. dans un coin.

 

Quatre mètres sur deux et des murs de Bastille,

Les meubles y sont fixes et le linge grossier.

La croisée haut placée est close d'une grille.

Une nuée de gardiens rôde dans l'escalier...

Ma cellule, poème écrit par un mineur

emprisonné à la Petite Roquette

(vers 1909 ?)

 

 

Où donc est le printemps, l'air la verdure

Liberté que l'on aime que quand on la perdue

Il me faut aujourd'hui reposé sur la dure

Que je regrette fort tous mes beaux jours perdus

Je suis jeune en entrant, sortirai-je de même

M'en irai-je gracié, condamné ou mort 

Après avoir gâché le bel âge où l'on aime

Sortirai-je d'ici comme un vieillard en sort

 

Source : Le Blog de Philippe Poisson (08/09/14) : Les enfants de la Petite Roquette

*

*    *

Les Colonies pénitentiaires

Des bagnes sans le dire...

 

"Les colonies pénitentiaires, qui pouvaient être publiques ou privées, recevaient les jeunes détenus acquittés en vertu de l’article 66 du Code Pénal, comme ayant  agi sans discernement (mais non remis à leurs parents) et les condamnés à des peines de plus de six mois mais inférieures à deux ans.

Quant aux colonies correctionnelles, elles accueillent les condamnés à des peines de plus "de deux ans, ainsi que les jeunes détenus des colonies pénitentiaires déclarés insubordonnés.

"Pendant longtemps, l’Administration Pénitentiaire avait laissé une entière latitude aux établissements privés en ce qui concerne l’organisation de la discipline et de l’alimentation des jeunes détenus..."

Jean Genet, colon à Mettray, de 16 à 19 ans

Lire la suite : Philippe Poisson (2008) : 

Discipline et prétoire dans les prisons françaises et les établissements pour mineurs

 

*

*      *

 

Lire :

 

Les Enfants du Bagne (1) :

Belle-Ile-en-Mer et la Chasse aux Chenapans

Les Enfants du Bagne (2) :

Les "colonies agricoles"

 

Lire aussi :

 

Le Blog de Jacky Tronel (03/02/14) : Au sujet des décès des enfants de la colonie agricole et pénitentiaire de Mettray en Touraine

Criminocorpus (14/05/14) : Les rapports annuels de l’Éducation surveillée : une source aux multiples facettes

Libération (20/06/14) : J.P. Rosenczveig, visage de la justice des enfants depuis 40 ans

*

*     *

 

Le bagne pour enfants d'Ajaccio sous le second Empire

René Santoni (2008) : La colonie horticole de Saint-Antoine

 

Pour les insubordonnés des colonies agricoles, et pour les enfants de moins de 16 ans condamnés à  des peines de plus de 2 ans, l’Etat avait mis en place une structure répressive, dénommée La Colonie Correctionnelle de Saint-Antoine », près d'Ajaccio qui fonctionna pendant 11 ans, de janvier 1855 à juin 1866.

A présent il n'en reste que des ruines...

 

Lire aussi : Patrimoine carcérale : Tiphaine Bacquet (13/10/13) : La colonie horticole de Saint-Antoine et le pénitencier de Castellucio 

 

A gauche : F. Bertocchini & E. Rückstühl (2011) : Le bagne de la honte

*

*     *

 

"Les "Grandes" dans la cour" - A Orléans, Communauté de Jésus-Christ Bon Pasteur et de Marie-Immaculée

© Collection personnelle de Michèle-Marie Bougelot

 

Il n'y eut pas que des "Gaillards", derrière les hauts-murs...

 

« Mémoires de Mauvaises Graines -

Quand les anciennes pensionnaires du Bon Pasteur témoignent »

 

Nous sommes dans les années 50. Des adolescentes, âgées d’une dizaine d’années, sont « confiées » à l’institution du Bon Pasteur. Condamnées sans jugement, elles sont traitées comme des rebuts de la société. Bouclées derrière les murs du pensionnat, elles font l’objet d’abus sans pouvoir compter sur le monde extérieur. 
 
La société de l’époque parque hors de sa vue des filles présumées perdues. Manque d’humanité, absence de soins et de liberté, parfois droguées pour les plus « caractérielles », les jeunes filles vivent ce qui ressemble à un calvaire...

 

Lire la suite et écoutez les témoignages : France-Culture (02/05/13)

*

*     *

 

A lire :

 

 

Auguste le Breton (1954) : Les Hauts Murs

 

Roman autobiographique d'Auguste le Breton, un orphelin classé dans la catégorie des « fugueurs », et transféré dans un « centre d’éducation surveillé », l’antichambre de la maison de correction.

C’est là qu’il va faire le dur apprentissage de la vie d’adulte. Une vie marquée par un vide parental, l’indifférence des « gens de l’extérieur », une absence presque totale de scolarité et les impitoyables lois de la jungle que font régner des enfants endurcis avec qui il faut se battre pour s’imposer....

 

 
"Un silence pesant écrasait le réfectoire. Seules le troublaient, par instants, les louches heurtant les grosses assiettes de faïence ébréchées par l'usage. Les serveuses en tablier gris distribuaient une égale mesure de pois cassés à tous les pupilles. Ceux-ci, le buste droit, les avant-bras croisés dans le dos, attendaient, l'oeil rivé sur le crâne rasé de leur vis-à-vis, que Mme Lerbier, la directrice, leur permit d'avaler leur pitance.

"Les plus affamés guettaient avec impatience le claquement de mains rituel, qui, les libérant de leur pénible position, leur permettrait de se bourrer l'estomac..."

 

Pour en savoir plus : Le Figaro (02/

05/08) : L'enfance trahie d'Auguste Le Breton

 

A voir : l'adaptation cinématographique réalisée par Christian Faure (2008) : Les hauts murs

 

Christian Faure (2008) : Les hauts murs - Bande annonce
 
 

****************************************************************************************************

 

Aujourd'hui en France :

 

L'enfermement des mineurs étrangers dans les Centres de Rétention Administrative

 

 

****************************************************************************************************

 

Ateliers dans le quartier mineur de la prison de Diego-Suarez - Madagascar, avec l'association Grandir dignement ©Judith Lesur

 

Ailleurs dans le monde :

Si tous les enfants des prisons voulaient se donner la main...

 

PHOTOGRAPHES DU BOUT DU MONDE :

Lizzie Sadin (2009) : Mineurs en peines

Klavdij Sluban (1995-2005) : Entre parenthèses, adolescents en prison 

 

BELGIQUE : Erik Silance (2010) : Centre fermé

 

USA : Des traitements inhumains pour les détenus mineurs

USA : Avoir eu 16 ans dans la prison de Rikers Island et puis mourir... 

USA : Omar Kadr, un mineur de 15 ans détenu à la prison de Guantanamo

USA : Une mutinerie éclate à Nashville dans le Centre de détention pour Mineurs

 

RUSSIE : Yana Payusova : Jeunes Russes et leurs icônes

 

MADAGASCAR : L'Association 'Grandir autrement'

CÔTE D'IVOIRE : Dans l’enfer de la prison pour mineurs d’Abidjan

 

*

*     *

 

Saint-Petersbourg - Russie - Prison Lebedova - Quartier des mineurs - Dimitri, 13 ans

 

Lizzie Sadin (2009) : Mineurs en peines

 

"Mineurs en peines" est un livre-reportage, réalisé de 1999 à 2007 par Lizzie Sadin, sur les bagnes ou prisons pour enfants et adolescents à travers le monde.

C'est à la fois un panorama saisissant qumais surtout un plaidoyer pour la reconnaissance des droits des jeunes détenus...

 

Visionnez les photos de Lizzie Sadin : Mineurs en peines

 

 

*

*     *

 

Klavdij Sluban : Entre parenthèses, adolescents en prison

(France, Ex-Yougoslavie, Ex-URSS, 1995-2005) - Cliquez sur l'image

 

*

*      *

 

BELGIQUE :

Erik Silance (2010) : Centre fermé

 

Meurtrier à 16 ans. Violeur, braqueur, voleur récidiviste, Tous sont mineurs et ont commis des crimes et des délits qui justifient une peine de plus de cinq ans de détention.

À cause de la gravité des faits qui leur sont reprochés, ils ne dépendent plus des instituts de protection de la jeunesse mais bien de la justice. C’est pourquoi, ils sont enfermés dans le centre fédéral d’Everberg, près de Louvain... Lire la suite : Erik Silance (2010) : Centre fermé

 

Erik Silance (2010) : Centre fermé (Présentation)

 

*

*     *

 

USA - Des traitements inhumains pour les détenus mineurs

 

 

 

Les USA n'ont jamais voulu ratifier la Convention Internationale des Droits de l'Enfant. En particulier, plusieurs Etats de l'Union maintiennent encore la peine de mort pour les mineurs...

 

Les prisons et centres de détentions pour mineurs sont, dans ce pays, malheureusement, le triste reflet de ce refus : violences et traitements inhumains sont le quotidiens de dizaines de miliers d'enfants incarcérées, souvent pour des délits mineurs...

 

Pour en savoir plus : Les Inrocks (20/11/14) : 

Pourquoi les Etats-Unis n’ont-ils toujours pas ratifié la Convention internationale des droits de l’enfant ?

 

Ci contre : George Stinney, 14 ans, le plus jeune condamné à mort des Etats-Unis - Exécuté sur la chaise électrique en 1944.

 

Lire à son sujet : MetroNews (10/01/13)

 

*

*       *

 

 

Avoir eu 16 ans dans la prison de Rikers Island et puis mourir... 

Un adolescent martyrisé pendant trois ans

et maintenu pendant plus de mille jours à l'isolement se suicide

 

Etat de New York - En 2010, dix jours avant son dix-septième anniversaire, Kalief Browder est arrêté dans le Bronx, un quartier populaire de New York. Il est accusé d'avoir volé un sac à dos, ce qu'il nie avec insistance.

 

Mais il devra attendre trois ans dans une cellule de la prison de Rikers Island en attendant que son affaire, plusieurs fois repoussée, ne soit jugée. Et que les charges retenues contre lui soient abandonnées, en mai 2013.

Le "New Yorker" a mis en ligne une vidéo témoignant des violences subies par Kalief Browder en prison, perpétrées par un gardien et d'autres détenus.... Ames sensibles s'abstenir.

La première séquence se passe en septembre 2012, dans l'unité punitive de Rikers, où Kalief est alors à l'isolement. Un gardien vient le chercher pour prendre une douche, lui passe des menottes avant de le faire sortir de sa cellule, puis le plaque soudainement au sol.


Le jeune homme expliqua au New Yorker que lorsqu'un responsable est arrivé, le gardien a affirmé qu'il avait essayé de courir. Il fut puni par des jours d'isolement supplémentaires.

 

 

La deuxième séquence de la vidéo se déroule en octobre 2010. On le voit se faire littéralement passer à tabac par près de dix autres détenus. Il raconte au New Yorker qu'il avait été envoyé dans un quartier de la prison dirigé par un gang...

 

Epilogue

 

A 22 ans, Kalief Browder s'est suicidé

« C'était vraiment un bon garçon. »

 

Le 6 juin 2015, le jeune homme, alors âgé de 22 ans se suicide. Selon son avocate, c' est le résultat de « son incarcération et des centaines de nuit passées à l'isolement, où les souris couraient sur ses draps. Browder a été coincé trop longtemps dans cette minuscule cellule. »

« Manquer de nourriture, ne pas prendre de douches pendant 2 semaines… Voilà des facteurs directs qui ont contribué à sa mort, » explique-t-elle . « Voilà la douleur et la peine auxquelles il devait faire face chaque jour, et je pense que c'était trop pour lui. ». Puis elle rajoute : « C'était vraiment un bon garçon. » 

 

Sources : Le Monde Blogs (24/04/15) Vice News (08/06/15)

 

Lire aussi : 

Le Monde Amériques (10/04/14) : Rikers Island, la prison de la honte

 

*

*     *

 

USA : Omar Kadr, un mineur de 15 ans détenu à la prison de Guantanamo

 

Vous n'aimez pas la vérité - 4 jours à Guantànamo

 

Pour en savoir plus : Le Figaro (10/08/10) : Le plus jeune prisonnier de Guantanamo devant la justice

 

*

*     *

 

USA : Une mutinerie éclate à Nashville dans le Centre de détention pour Mineurs

 

Plus de vingt adolescents ont défoncé les espaces communs d'un centre de détention pour mineurs de Nashville. Errant autour de la cour intérieure armés de bâtons et d'extincteurs. Le jour suivant, 32 adolescents fuguaient de ce centre...

 

Lire la suite (en anglais) : RT Questions More (04/09/14)

 

USA : Une mutinerie éclate à Nashville dans le Centre pour Mineurs

*

*     *

 

 

RUSSIE

 Yana Payusova : Jeunes Russes et leurs icones

 

Yana Payusova a pu pénétrer en 2003 dans la prison Lebedeva près de Saint-Petersbourg, auprès d'adolescents incarcérés : des jeunes qui après plusieurs infractions mineures ou après une transgression grave, s'ils étaient plus de quatorze ans, finissent en prison.
Une prison dans laquelle se trouvaient rassemblés à la fois des adultes et des mineurs...

Lire l'article complet :  Russie - Yana Payusova : Jeunes Russes et leurs icones

 

Cliquez sur l'image pour visionner le diaporama

 

*

*    *

 

MADAGASCAR

L'Association 'Grandir autrement'

Août 2013 : Action 'Salut les artistes' aux  Centres d'Antanimora et Mandrosoa 

 

 

A Madagascar, l'Association Grandir dignement intervient auprès des mineurs en détention depuis 2009, au sein des établissements pénitentiaires d’Antananarivo et de Diego-Suarez. L'Association organise diverses activités et formation en faveur de ces mineurs...

 

 

Madagascar : Association "Grandir dignement" - Salut les artistes

 

Pour en savoir plus :

Madagascar : Association Grandir Dignement en faveur des mineurs incarcérés

 

*

*       *

 

 

Côte d'Ivoire : Dans l’enfer de la prison pour mineurs d’Abidjan

 

 

Le premier choc, c’est l’odeur. Celle des excréments, engluée dans une humidité poisseuse impossible à chasser dans ces couloirs sans lumière. Chaque semaine pourtant, les bénévoles de la fondation Amigo, des religieux catholiques pour la plupart, aident les enfants à balayer leur dortoir et à récurer les sanitaires, constamment bouchés.

 

Les détenus volontaires sont nombreux, visiblement heureux de s’acquitter d’une corvée qui leur permet de retrouver quelques millimètres de propreté là où la crasse semble s’être inexorablement incrustée. La tâche est éreintante : au premier étage, celui des dortoirs, il n’y a pas d’eau courante. L’unique robinet, qui ne fonctionne que quelques heures par jour, se trouve dans la cour au rez-de-chaussée.

 

Après avoir grimpé les escaliers pliés sous le poids de leurs bassines, les jeunes garçons jettent les litres d’eau savonneuse sur le sol pour faire fuir les rats, qui déguerpissent jusqu’à la cour en attendant de remonter. « Ils viennent la nuit nous manger la corne des pieds, ça nous réveille », explique Eloge (*), en s’amusant de la grimace d’effroi de son interlocutrice...

 

Lire la suite : Le Monde (27/03/15)

 

*************************************************************************************************

 

Littérature : 

Des enfants placés, déplacés, replacés...

 

Nan Aurousseau (2010) : Le Ciel sur la tête
 

"Dans l"escalier retentissait en écho la voix d'un éducateur qu'on empêchait d'intervenir : Ne les frappez pas ! Ne les frappez pas ! Les mutins avaient résisté toute la journée. Le groupe d'intervention n'était parvenu à les maîtriser qu'à la nuit tombée, sous un tir nourri de grenades lacrymogènes. En détention, les mômes avaiet tout cassé et par solidarité avec les mutins, certains avaient brûlé leurs cellules. Les gardiens étaient intervenus dans les étages et c'avait chauffé. Une cinquantaine de détenus qui se trouvait au mitard et les trente pus durs au quartier disciplinaire des adultes, bloc 3...."


Chronique d’un roman sombre, mais non sans espoir, sur l’univers carcéral et l’enfermement des jeunes criminels.
 

Lire l'article complet : Nan Aurousseau (2010) : Le Ciel sur la tête

 

*

*     *

 

Emilie Potin (2014) : Enfants placés, déplacés, replacés :

parcours en protection de l'enfance

 

En France, chaque année, 140 000 enfants font l'objet d'une mesure de placement à l'Aide sociale à l'enfance. Construit autour de récits recueillis auprès des familles d'origine, des familles d'accueil, des professionnels de l'enfance (juges, travailleurs sociaux...) et surtout des enfants et adolescents concernés, cet ouvrage restitue la parole et la dignité de ceux qui sont l'objet de ces mesures.

Joris, Anna, Stéphane, Astrid... ont prêté leurs voix, raconté leurs expériences, donné libre cours à leur subjectivité pour rendre compte de la manière dont sont construits les parcours en protection de l'enfance...

 

Pour en savoir plus :
 
 

*

*     *

 

 

Lire aussi : Genepi (2010) : La (re)scolarisation des mineurs en sortie de prison

 

*

*      *

 

Bruno Carlier (2007) : Sauvageons des villes, sauvageons aux champs : Les prises en charge des enfants délinquants et abandonnés dans la Loire (1850-1950)

 

De la réglementation du travail des enfants aux lois scolaires en passant par la répression des violences (y compris morales) à leur égard, le XIXe est une période où le souci de l'enfance se développe. Parce qu'elle inquiète, l'enfance difficile, délinquante, marginale enfin, est l'objet d'un souci particulier.

Le département de la Loire est un lieu d'étude privilégié: les villes, et singulièrement Saint-Etienne, voient le grouillement d'une population juvénile incontrôlable et potentiellement dangereuse, quand les campagnes offrent à proximité des vies de régénération.

La Justice, l'Assistance publique contribuent à l'encadrement de la jeunesse.

 

Mais l'administration a largement recours au secteur privé pour assurer ses placements, et peut faire appel à des bénévoles pour en assurer le suivi...

 

Lire la suite : Bruno Carlier (2007) : Sauvageons des villes, sauvageons aux champs

 

 

Pierre Vincent (1988) : Les "Sauvageons"

À propos

brunodesbaumettes.overblog.com

“bruno13marseille@live.fr”

Rédigé par Bruno des Baumettes

Hébergé par Overblog